Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Interview avec le 1er Adjoint au Maire le mercredi 26 juillet 2017
Publié le mardi 1 aout 2017  |  Treichville Notre Cité
Treichville:
© Treichville Notre Cité par DR
Treichville: développement local / Voirie: le Conseil municipal bitume les avenues 10 et 11
Mercredi 9 novembre 2016. Abidjan. Dans le cadre de la politique de développement local de la Cité cosmopolite, le Premier Adjoint au Maire, Ahissi Agovi Jérôme (photo) et une délégation de Conseillers municipaux ont visite fait une visite de terrain, précisément à l’avenue 10 rue 12.
Comment


Avant la fin des 8èmes Jeux de la francophonie, Ahissi Agovi Jérôme, 1er Adjoint au Maire et Président du Comité communal de Treichville a bien voulu répondre à nos questions le mercredi 26 juillet 2017 dans son bureau.
« Ces jeux ont offert des perspectives importantes à Treichville »
Monsieur le Maire, quelles sont vos impressions en tant que président de Comité communal des Jeux ?
Les 8èmes Jeux de la francophonie organisés en terre ivoirienne ont été une occasion pour les artistes et les sportifs de s’exprimer. Ce fut aussi un grand rendez-vous pour le monde francophone de créer les conditions d’une fraternité qui donne des raisons de croire que demain sera meilleur. Cela a permis aux uns de connaître les autres pour mieux les apprécier et profiter de leurs différences. Treichville a été l’une des Communes les plus importantes dans le cadre de ces jeux. Nous avons des sites tels que le Palais de la culture, le parc des sports et le canal aux bois. Nous étions, donc, au cœur de cet évènement. Et à l’instar des autres Communes, nous avons un Comité, qui a organisé un village pour distiller les informations nécessaires à ces jeux depuis l’ouverture. En somme nous pouvons affirmer que tout s’est déroulé dans de bonnes conditions.
Que pensez-vous de l’ouverture de ces jeux de la francophonie ? a-t- elle été un succès ?
A voir le spectacle au stade Félix Houphouët Boigny et les informations relayées dans les médias, nous pouvons dire que l’ouverture de ces jeux a été un franc succès.
Votre investissement a été total, en ce sens que vous étiez tous les jours présent au village de la gare de Bassam et ailleurs.
Le Ministre François Albert Amichia, Maire de la Commune de Treichville est l’un des principaux organisateurs de ces jeux de la francophonie. Nous avions, donc, le devoir de tout mettre en œuvre, pour que la moindre faille ne soit dans l’organisation. A cela est à ajouter que le Ministre Beugré Mambé a demandé aux différentes Communes de s’approprier les jeux. D’où l’installation d’un Comité dans chaque Commune d’Abidjan. Dès lors, Treichville, qui abrite trois (3) sites importants, ne pouvait pas ne pas s’organiser de façon méticuleuse et efficiente. Notre devoir a été, alors, d’informer les populations, de monter un village et d’amener les jeunes à participer massivement. Cela a été fait. En outre, afin que Treichville soit attrayant, le Conseil Municipal a voté un budget de 10.000 000 frs Cfa (ndlr : au lieu de 30 millions comme mentionner dans notre précédent numéro).
D’où vous est venue l’idée du choix de la gare de Bassam pour village de la francophonie?
A l’origine le village devait se trouver au jardin du rond-point. Vu que les travaux ne sont pas terminés, nous avons bien voulu l’installer à la gare de Bassam. A cet endroit transite la population, et la vue donne sur la grande rue 38. En le faisant, nous savions, que nous n’aurions pas de problème de mobilisation. En plus de tous ceux qui utilisent le transport, il y a eu les riverains pour l’animation de ce site.
Comment s’est pris le Comite communal en tant que tuteur de quatre (4) pays ?
Dans l’organisation que nous avions eue dans le cadre de ces jeux, il a été demandé aux Communes de parrainer des pays. A cet effet, Treichville a eu pour hôtes le Canada-Québec, Maroc, Sénégal et le Qatar. Nous avons rencontré les ambassadeurs de ces pays et nous leur avons fait comprendre que nous allions les supporter afin que les compétiteurs ne se sentent pas seuls. Dans l’ensemble nous constatons que ces pays se sont bien distingués. Notre fraternité a été totale.
Un mot pour nos représentants qui sont loin de décevoir les ivoiriens.
Si vous le remarquez, quand un pays est en charge de ce genre d’évènement, on est plus préoccupé par l’organisation et la sécurité. Le principal challenge est de faire de telle sorte que les compétiteurs retournent dans leurs pays respectifs avec une bonne image de la Côte d’Ivoire. Et, si parallèlement à cela nous avons des sportifs ou des artistes qui remportent des médailles nous ne pouvons qu’en être plus heureux. C’est ce qu’il s’est passé hier (ndlr : mardi 25 juillet 2017) aux 4x100 mètres au stade Félix Houphouët Boigny, nos sprinters féminins et masculins ont confirmé leur réputation. Nous comprenons que le Président de la République ait eu raison de faire confiance à notre pays pour l’organisation de ces jeux de la Francophonie
Que gagne Treichville dans ces jeux de la francophonie ?
D’abord nous sommes en période de vacances,; c’est, donc, le moment pour nous d’égayer nos jeunes par ce genre de rendez-vous pour leur épanouissement. C’est aussi l’image d’une Commune qui va au-delà de la Côte d’Ivoire. Avec le Canada-Québec, on parle de jumelage, avec le Maroc nous sommes en train de chercher une Commune qui ressemble à la nôtre pour un jumelage. C’est pour dire, qu’il y a des perspectives importantes qui peuvent subvenir à l’issue de ce genre de rencontre. Le Sénégal, le Québec, le Qatar et le Maroc sont des pays à grande potentialité et nous pensons que nos relations ne s’arrêteront pas seulement à ces jeux. Il faut que demain nous soit profitable par le biais du Ministre François Albert Amichia, Maire de la Commune et les représentants des Communes sœurs.
Certainement un appel ?
Effectivement, je remercie les Treichviloises et Treichvillois d’avoir effectué nombreux le déplacement sur les différents sites pour encourager artistes et sportifs. J’exprime, surtout, mes remerciements au Ministre Amichia François Maire de la Commune qui nous a fait confiance en nous nommant à ce poste afin que Treichville crée les conditions d’une bonne organisation des jeux. Merci à tous les membres du Comité, dont le point focal, Monsieur Cissé Ibrahim, et son collaborateur Siriki Ouattara. Sans oublier le Directeur des Services Socioculturels, Monsieur Aly Tiero. Tous, n’ont pas lésiné sur les moyens pour que nous arrivions à donner une belle image de notre Commune au monde entier.

Réalisation ALLBERT ABALE et MAURYTH GBANE
Retranscription HOPPE
Assistante AMY SOUMAHORO
Commentaires


Comment