Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

La Mendicité : Qu’en dit l’islam ?
Publié le mardi 15 aout 2017  |  Esprit
Comment


Nous sommes à la mosquée de la Riviera 2, dans la belle citée de Cocody (Abidjan). L’imam vient d’officier la prière. Les murmures des supplications se taisent face à la rage des pleurs déchirants d’un fidèle. Une quête est vite faite et sur instruction de l’imam.

El Hadj Fousseni Diabaté

Le fidèle est accompagné d’une délégation, afin de le conduire au Chu de Treichville où sa femme venait de rendre l’âme selon ses dires. Chemin faisant, il se met à pleurer à gorge déployée, suppliant les membres de la délégation de l’épargner, parce qu’il avait juste inventé cette histoire de mauvais goût pour s’offrir quelques espèces sonnantes et trébuchantes. Cet exemple, on en compte une multitude au sein des communautés musulmanes.

Est-ce d’ailleurs une caricature de rabais ou la face d’une malencontreuse vérité qui laisse constater que les mendiants constituent aujourd’hui « la deuxième clôture de la quasi-totalité des lieux de culte musulmans » ?

Des visages qui laissent transparaître des airs poivrés d’une vie de misère où il n’y a de panacée que mendier. Des enfants inscrits dans certaines écoles coraniques appelées « talibés », aux hommes d’âge mûr en passant par des femmes, porteuses ou non d’enfants, ils en ont presque fait la clé de leur gagne-pain, pour supporter les rudesses du train-train quotidien de la vie.

Vous les verrez à maints abords des rues, des carrefours, des encablures ou même à l’intérieur des mosquées, une parole en bouche : « Fissabilillah (donnez au nom d’Allah) ». Tout laisse ainsi présupposer que la mendicité est légitimement liée au cordon ombilical des enseignements islamiques. Où est donc la vérité ?

L’ISLAM PRIS AU PIÈGE DE SA GÉNÉROSITÉ

L’islam est une religion qui appelle à la générosité et à la solidarité agissante. « Et pour tout ce que vous dépensez de vos biens, vous en serez pleinement récompensés et nullement lésés. » (S 2 V 272). Mieux, l’islam fait de l’aide sociale à apporter aux autres, une condition sine qua none d’accès à la demeure de l’agrément divin : « Vous n’atteindrez la vraie piété, que si vous faites largesse de ce que vous chérissez. » (S 3 V 92).

Le don de soi pour le Seigneur passe inexorablement par le don de soi pour la créature. Et c’est ce don de soi par le don à l’autre du peu dont le serviteur dispose qui contribue à assainir son âme, à la détacher et à la délivrer de la prison angoissante de l’éphémère et des passions de cette existence brumeuse.

Ce n’est pas de manière fortuite que la zakât (aumône purificatrice légale) a
été instituée comme le troisième pilier majeur de l’islam. « Prélève une aumône sur leurs biens pour les purifier et les bénir » (S 9 V 103). « Bienheureux, en vérité, sont les croyants qui prient avec humilité, qui dédaignent toute futilité, qui s’acquittent de la zakât… » (S 23 V 1-4).

C’est cette générosité dans le fond qui justifie que le musulman soit l’appât de tant de mendiants, sans que le phénomène ne tire sa sève vivifiante des fondamentaux de l’islam.

L’INTERDICTION DE LA MENDICITÉ

A priori, la mendicité est formellement interdite en islam. Il existe des preuves textuelles indénombrables et éloquentes en la matière. On pourrait citer ces avis du Messager d’Allah, Mouhammad (saw) :

« Jamais une personne ne peut manger une chose meilleure que ce qu’elle a acquis grâce au labeur de ses mains […] Le fait que l’un de vous prenne une corde puis va à la montagne pour apporter un fagot de bois sur son dos et le vendre afin qu’Allah lui épargne l’humiliation de la mendicité est meilleur pour lui que tendre sa main aux gens, qu’ils lui donnent ou refusent de lui donner […] Celui qui tient jalousement à sa dignité, Allah la lui préserve et celui qui se passe de l’aide des autres, Allah exalté soit-il le met au-dessus du besoin… »

On note également des propos plus menaçants par endroits du Messager d’Allah : « Celui qui tend la main sans être dans le besoin est comme celui qui empoigne des braises […] Nul n’aura de cesse de tendre la main jusqu’à ce qu’il comparaisse devant Allah le jour de la Résurrection sans la moindre chair au visage… »

C’est fort de tous ces enseignements que ses compagnons immédiats, premiers khalifes et gouverneurs de l’islam, ont formellement interdit la mendicité, en mettant l’accent sur la collecte et la saine redistribution de la zakât pour ne pas donner de prétexte à certaines personnes pour mendier. Cette même interdiction est encore actuelle aujourd’hui en Arabie Saoudite et dans la quasi-totalité des pays musulmans.

Tous ces supposés démunis ne sont dans le fond que des mendiants professionnels qui abusent de la grande largesse des musulmans. Ces derniers n’attendent toujours que de « donner par amour pour le Créateur » afin de s’attirer la satisfaction divine. D’ailleurs, lorsque l’islam parle de démunis, il s’agit d’individus ne disposant pas de moyens minimaux pour subvenir à leurs besoins et qui refusent de mendier. Les pauvres à aider ne sont donc pas ceux qui ont élu domicile aux abords des mosquées ou dans les rues.

Il existe toutefois quelques exceptions qu’il convient de mettre en lumière ici.

L’ATTÉNUATION DE L’INTERDICTION

Dans un hadith mis en évidence par l’un des plus grands rapporteurs des enseignements prophétiques, en l’occurrence Mouslim ra, il est fait mention de trois (3) circonstances pouvant justifier la mendicité.

En premier lieu, il s’agit d’une personne qui est en charge de payer une rançon pour mettre fin à une querelle et qui n’a autre moyen que de demander de l’aide. Mais elle ne prend que la somme exacte exigée, la recherche de la paix en islam étant une œuvre de grande portée spirituelle. Cependant, tout surplus, le cas échéant, devient une somme illicite.

En second lieu, il s’agit d’une personne qui a été frappée d’une calamité et ayant perdu tous ses biens sans avoir une autre source d’aide financière. Mais elle ne demande que le peu qui lui permettra de faire face aux besoins immédiats et imminents.

En dernier lieu, une personne vivant dans la disette totale et qui n’a pas le minimum pour vivre. Il lui faudra trois témoins intègres avant d’avoir l’autorisation de solliciter une aide financière ; s’il n’en existait pas, aucune autre source possible. Et elle ne devra demander que le strict nécessaire.

Dans le fond, il ne s’agit donc pas de mendicité en tant que telle, mais d’une demande d’aide formelle et légitime pour faire face à une situation passagère.
Et nulle part dans les textes, vous ne verrez que des enfants étudiant le Saint Coran doivent mendier pour soutenir financièrement leurs parents. Un phénomène beaucoup plus culturel et diamétralement opposé aux principes de l’islam.

DES DISPOSITIONS LÉGALES CONTRE LA MENDICITÉ (ndc)

C’est d’ailleurs pour cela que le Sénégal a adopté le 10 mai 2005, la loi n° 2005-06 relative à la lutte contre la traite des personnes et pratiques assimilées y compris la mendicité. Cette dernière est punie comme une forme de maltraitance, d’une peine d’emprisonnement de 2 à 5 ans et d’une amende de 500 000 à 2 millions de francs Cfa.

En Côte d’Ivoire, le phénomène des enfants talibés et de la mendicité est d’une proportion inquiétante. L’on gagnerait à asseoir une bonne stratégie dans le sens de la lutte contre ces fléaux. Fort heureusement, en la matière, le gouvernement n’a pas observé la politique de la chaise vide. Le 24 juillet 2013, une décision posait les jalons de l’interdiction de toute activité de mendicité aux carrefours des grandes rues du district autonome d’Abidjan et qui devait prendre effet le 5 août 2013.

Cette mesure gouvernementale peine toutefois à se frayer un chemin. On note tout de même l’engagement de l’État à prendre à bras-le-corps le phénomène des enfants talibés par le biais du Programme de protection des enfants et adolescents vulnérables. Ce service se trouve sous la tutelle du ministère de la Femme, de la Protection de l’enfant et de la Solidarité.

À toutes fins utiles, la mendicité est qualifiée par le Code pénal ivoirien de délit et punie d’une peine privative de liberté. Ci-après ce que stipule l’article 190 dudit Code : « Toute personne qui, capable d’exercer un travail rémunéré, se livre habituellement à la mendicité, est punie d’un emprisonnement de trois à six mois et peut être frappée pendant cinq ans, d’interdiction de séjour, ou d’interdiction du territoire de la République, ou d’interdiction de paraître en certains lieux. »

DES PISTES DE SOLUTIONS CONTRE LA MENDICITÉ (ndc)

La question de la gestion de la mendicité transcende les clôtures des mosquées d’autant plus que la quasi-totalité de ces personnes ne pratique qu’un islam de façade ou pas du tout. Juste de la parodie et de la simple arnaque. Vous verrez beaucoup d’entre elles rester de marbre pendant les heures de prière, lorsque les plus audacieux n'investissent pas l’intérieur des mosquées dégageant parfois l’odeur de l’alcool.

Il n’est pas rare de recueillir des témoignages de personnes qui, avec les fruits de la mendicité, sont même parvenues à s’offrir des demeures. Il s’agit là manifestement d’un ensemble de gains et de biens illicites. Et il est impossible au mendiant d’être socialement ou spirituellement stable, car l’argent issu de la mendicité comme métier n’attire que la malédiction divine. « Et c’est Lui qui agrée de Ses serviteurs le repentir, pardonne les méfaits… » (S 42 V 25).

Offrir le terrain fertile à la mendicité reviendrait à promouvoir la médiocrité et à préparer le nid d’une paupérisation factice ou notoire au sein de la communauté musulmane. L’islam qui appelle à l’excellence dans la sphère de la vie sociétale ne saurait être le chantre d’une pratique aussi déshumanisante et déplaisante.

Il faut s’offrir en tout état de cause les moyens de mettre fin au laxisme de certains négriers des temps modernes, colporteurs de clichés culturels qu’ils veulent imputer à l’islam pour mieux assouvir leurs velléités esclavagistes en utilisant de pauvres enfants innocents à des fins mercantilistes et mendicitaires.

Au demeurant, l’islam offre un chapelet de solutions pour juguler dans la société, tous les germes possibles d’une paupérisation nucléaire ou généralisée en faisant par exemple de la zakât (aumône purificatrice légale) un pilier majeur dans la quête de l’agrément divin. Une saine collecte - et répartition - de cette aumône légale réduirait le taux de la paupérisation au sein de la communauté musulmane. Bien sûr, l’État doit aussi jouer sa partition, en apportant les réponses concrètes pour résorber la grande amorce de la pauvreté.

C’est donc aux communautés musulmanes et aux autorités municipales et administratives d’agir en synergie pour éviter que les lieux de culte, les rues et les espaces publics ne deviennent des foires à la mendicité. Et cela, certaines communautés musulmanes l’ont réussi. Questions de principe, de prestige, d’organisation, de valeur et de dignité.
Commentaires


Comment