Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

AGRF 2017 : Un marché alimentaire de $ 1000 milliards s’offre au secteur de l’agro-business et aux petits exploitants africains (Rapport)
Publié le jeudi 7 septembre 2017  |  AIP
Cérémonie
© Présidence par DR
Cérémonie d`ouverture de la 7è édition de African Green Révolution Forum 2017
Mardi 06 Septembre 2017. Abidjan. Cérémonie d`ouverture de la 7è édition de African Green Revolution Forum présidé par plusieurs Chefs d`Etats Africains
Comment


Abidjan - Le pouvoir des entrepreneurs et du libre-marché va porter la croissance économique de l'Afrique à partir de la production alimentaire, au moment où se présente au secteur une opportunité d'un marché alimentaire en progression rapide en Afrique, selon le Rapport sur la situation de l’agriculture en Afrique.

D’après ce rapport lancé mardi à Abidjan, dans le cadre du 7ème Forum pour la révolution verte en Afrique (AGRF 2017), ce marché est estimé à plus de 1000 milliards de dollars d'ici l’an 2030. Il devrait remplacer les importations par des aliments à forte valeur produits en Afrique.

Selon le rapport, l'agriculture sera à l’origine de la révolution tranquille en Afrique, en mettant l'accent sur les PME et les petits agriculteurs, qui créent des emplois à forte productivité et une croissance économique durable, ce que les mines et la forte urbanisation n’ont pu réaliser jusque-là.

Bien que 37% de la population africaine vit actuellement dans les centres urbains, la plupart des emplois ont été créés dans des services moins rémunérés et moins productifs, plutôt que dans l'industrie, ce secteur des services représentant plus de la moitié du PIB du continent.

Les investissements intelligents dans le système alimentaire peuvent changer cette réalité de façon significative si une planification correcte est faite.

« L'Afrique a les ressources naturelles potentielles, les compétences, les capacités humaines et la terre susceptibles d’inverser la balance des paiements et de passer du statut d'importateur à celui d'exportateur en consommant des aliments produits en Afrique », a déclaré Dr Agnes Kalibata, présidente de l'Alliance pour une Révolution Verte en Afrique (AGRA), à l’occasion du lancement du rapport.

Pour réussir, la révolution agricole africaine doit être très différente de celles observées ailleurs dans le monde. Cela nécessite une approche inclusive qui associe des millions de petites exploitations à des entreprises agroalimentaires, créant des chaînes d'approvisionnement alimentaires étendues et des possibilités d'emploi pour des millions de personnes, dont ceux qui vont opérer une transition dans l’agriculture.

Cela est différent du modèle souvent vu ailleurs dans le monde où l’on est passé à une agriculture commerciale et de transformation alimentaire à grande échelle avec relativement peu d’emploi et des niveaux de capital élevé.

Le rapport souligne l'opportunité qui s’offre à l'Afrique de nourrir le continent avec des aliments produits en Afrique, ce qui répond à la demande croissante des populations urbaines riches dont le nombre est en augmentation sur le continent, qui sont à la recherche d'aliments transformés et pré-cuits de grande valeur.

En outre, il préconise que cette demande devra être satisfaite par bon nombre de petits agriculteurs qui sont sur le continent. Actuellement, une partie de cette demande alimentaire en hausse en Afrique est satisfaite par les importations. Celles-ci s’élèvent à 35 milliards de dollars par an, et devraient atteindre 110 milliards de dollars d'ici 2025, à moins que l'Afrique n'améliore la productivité et la compétitivité mondiale de ses secteurs agricoles et agro-industriels.

cmas
Commentaires


Comment