Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité OK
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

L’Afrique est confrontée à un déficit permanent de maïs de plus de 2 milliards de dollars si l’invasion des Légionnaires d’Automne est mal gérée
Publié le vendredi 8 septembre 2017  |  CABI
Comment


28 pays africains sont maintenant confirmés qu’ils sont affectés par la Légionnaire d’Automne, par rapport à 17 pays en avril 2017

CABI a confirmé aujourd'hui (7 septembre 2017) que la Légionnaire d’Automne (FAW en abréviation anglaise de Fall Armyworm) a été signalée dans 28 pays africains, suite à l'arrivée des ravageurs en Afrique en 2016, ce qui constitue maintenant un défi agricole permanent pour le continent. FAW se nourrit de plus de 80 cultures, mais préfère le maïs et peut réduire les rendements jusqu'à 60%.
Dans la recherche financée par DFID (Département Britannique pour le Développement International), CABI estime que le ravageur coûtera justement dix des principales économies productrices de maïs du continent en Afrique un total de 2,2 à 5,5 milliards de dollars par an pour les récoltes de maïs dévastées - si le ravageur n'est pas correctement géré.

"Il est maintenant essentiel d'habiliter nos communautés agricoles avec des réponses rapides et coordonnées, afin de s'assurer que le continent reste en avance pour riposter à l’invasion du ravageur", a déclaré le Dr Joseph DeVries, Vice-président - Développement et Innovation de Programme à AGRA.

Au fur et à mesure que les pays se tournent vers l’emploi des pesticides pour réduire les dégâts, les agriculteurs font face au risque du développement de la résistance aux traitements chez les ravageurs, ce qui est devenu un problème très répandu dans les Amériques.

Les biopesticides constituent une option de contrôle des risques la plus faible, mais peu de biopesticides utilisées dans les Amériques doivent être approuvées pour être utilisées en Afrique, ce qui nécessite des essais locaux urgents, l'enregistrement et le développement de la production locale.

"Le maïs peut se remettre de certains dégâts qui affectent les feuilles. Par conséquent, lorsque les agriculteurs voient des feuilles endommagées, cela ne signifie pas qu'ils doivent nécessairement faire un contrôle. La recherche doit être menée en toute urgence, et un effort énorme de sensibilisation et d'éducation est nécessaire afin que les agriculteurs surveillent leurs champs et puissent prendre des décisions sur la question de savoir s’il faut faire le contrôle et comment le faire», a déclaré Roger Day, coordonnateur de SPS - CABI.

"Il existe des façons naturelles dont les agriculteurs peuvent se servir pour réduire l'impact, y compris l'écrasement des œufs ou des chenilles lorsqu'ils les voient, et ainsi maintenir la diversité des cultures dans la ferme, ce qui encourage les prédateurs naturels.”

CABI a également évoqué la nécessité de traiter les problèmes de santé humaine occasionnés par l’utilisation beaucoup plus étendue des pesticides chimiques.

“Les agriculteurs à faibles ressources n’ont pas souvent de volonté ou de capacité d’acheter l’équipement de sécurité approprié et dans certains cas ils utilisent les pesticides sans équipement d’application approprié. Les agriculteurs peuvent également être réticents quant à l’utilisation de l’équipement de sécurité lorsqu’il s’avère peu favorable à cause du climat chaud. Les mesures spécifiques sont nécessaires pour faciliter l’accès aux pesticides à faible risqué, étant donné que les agriculteurs voudront toujours utiliser les pesticides”, a déclaré Roger.

Les chercheurs en agriculture pour le moment travaillent également en vue d’identifier un agent de contrôle biologique naturel, comme une guêpe parasite qui pond ses œufs à l'intérieur des œufs de FAW. Avec le temps, cela peut fournir la solution la plus durable à la plus récente infestation de ravageurs nuisibles en Afrique, a déclaré Roger Day.
Commentaires


Comment