Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Après le congrès du RDR – alternance 2020 au Rhdp, le débat pas encore clos
Publié le mardi 12 septembre 2017  |  Pôle Afrique
Présidentielle
© Abidjan.net par Marc Innocent
Présidentielle 2015 / Campagne électorale: Bongouanou accueille l’équipe du docteur Alassane Ouattara
La ville de Bongouanou, chef lieu de la région du Moronou a accueilli l’équipe de campagne du Rassemblement des Houphouëtistes pour la Démocratie et la Paix ce samedi 10 octobre 2015 avec à sa tête le docteur Alassane Ouattara accompagné du président Henri Konan Bédié.
Comment


L’alternance politique en 2020 en Côte d’Ivoire se fera-t-elle en faveur du PDCI du président Henri Konan Bédié ou d’une autre formation politique du RHDP la coalition au pouvoir ? Le 3ème congrès ordinaire du Rassemblement des républicains (RDR) le parti au pouvoir n’aura pas situé sur cette question. Pourtant des appels de pied au parti d’Alassane Ouattara dans ce sens ne manquent pas.

Ce samedi 9 septembre à l’ouverture du congrès du RDR, le PDCI est revenu sur le sujet. Dans un message d’Henri Konan Bédié, le leader de ce parti, lu par Maurice Kacou Guikahué le secrétaire exécutif national, le PDCI a rappelé ses efforts consentis par le passé en faveur du RDR. «…Au PDCI-RDA, pour la survie de notre groupement politique que nous considérons comme une plateforme de rassemblement, de dialogue, de tolérance, de générosité et de partage, nous avons renoncé à toute candidature en 2015 pour la sécurité, la stabilité, la paix et le bonheur du peuple ivoirien. Les membres statuaires de notre 5 congrès extraordinaire se sont prononcés massivement à 99,84% pour l’approbation de l’Appel de Daoukro, l’abrogation de la résolution du 12ème congrès ordinaire relative à l’élection présidentielle de 2015, le soutien de la candidature du président Alassane Ouattara à l’élection présidentielle de 2015 », a soutenu Maurice Kacou Guikahué.

Dans la foulée, le secrétaire exécutif national du PDCI appelle à la poursuite de cet élan. A en croire Maurice Kacou Guikahué qui fondait des espoirs sur les résolutions qui sortiraient de ces assises, « l’expérience de candidature unique en RHDP » est à pérenniser « pour la conservation du pouvoir d’Etat par les enfants de Félix Houphouët-Boigny retrouvés ».

Cet appel du vieux parti qui souhaite que le futur candidat unique du RHDP soit un cadre du PDCI, a laissé l’allié de marbre. Durant tout le congrès, le terme alternance n’a été évoqué qu’une seule fois. Ce, à l’occasion d’une adresse aux responsables des formations politiques venus de toute l’Afrique soutenir le RDR. « Je voudrais tout d’abord remercier tous les partis frères qui ont effectué le déplacement jusqu’à Abidjan pour nous soutenir et partager ces moments importants de la vie de notre parti. Vous savez en Côte d’Ivoire, la parole est libre. Je vois parmi eux des représentants des partis au pouvoir et des représentants des partis d’opposition. Je voudrais dire à mes frères présidents des autres pays que l’alternance est inévitable en Afrique et en Afrique de l’ouest. Donc parmi les opposants qui sont présents, dans quelques années, je suis sûr que certains d’entre eux seront présidents de la République dans leur pays et je le leur souhaite. Bien sûr je souhaite que mes frères puissent faire deux mandats comme l’indique leur constitution », avait fait savoir le président Alassane Ouattara dans son discours d’orientation à la fin de ce congrès.

Il a ensuite rassuré sur l’excellence des rapports avec son « aîné » le président Bédié avec qui dit-il, il a traversé des difficultés pendant la crise postélectorale de 2010-2011. « Je voudrais dire à tous ceux qui se font des illusions que Bédié et moi sommes ensemble. Donc que les uns et les autres arrêtent de se faire des illusions. Nous savons ce que nous avons vécus et nous savons aussi les incompréhensions que nous avons eues, ont eu des résultats catastrophiques pour notre pays. Donc il n’y aura pas de problème entre le président Henri Konan Bédié et moi-même. Nous travaillons ensemble pour bâtir et construire le RHDP », indique Alassane Ouattara.

Pour des cadres au PDCI cependant, le retrait du président ivoirien de la présidence du RDR, est un signe de volonté de renouvellement de la classe politique. « C’est déjà un pas dans la bonne direction, il faut encourager ce genre d’acte qu’on ne voit pas souvent en Afrique. C’est une action qui est dans la bonne direction qui souligne la hauteur d’esprit du président Ouattara. Il faut que face aux recommandations de notre Constitution, qu’une nouvelle classe politique s’établisse à partir de 2020. Parce que tous savons qu’on ne doit pas pour candidats ni Bédié ni Ouattara ni Gbagbo. Si cela peut permettre le renouvellement du personnel politique, c’est tant mieux », commente Clément Adjouroufou membre du Bureau politique du PDCI joint par Poleafrique.info.

De l’avis d’observateurs, la participation du RDR à la présidentielle prochaine avec Alassane Ouattara candidat reste toujours possible. Dr Eddie Guipié est enseignant-chercheur en sciences politiques à l’université Péléforo Gon Coulibaly de Korhogo (nord de la Côte d’Ivoire). Il est de cet avis. « C’est quelqu’un qui n’est pas parti du RDR. Monsieur Alassane Ouattara est président de parti et reste président de la République. Il est président d’honneur de parti dans les faits, il a annoncé sa nomination et montre que c’est lui qui est là. Et cela donne déjà le las de 2020. Les manœuvres sont connues en Afrique. Je pars pour mieux rester, je pars et je me fais réclamer et je reviens. A partir du moment où j’ai vu dans la Constitution qu’il n’y a plus de limite d’âge, j’ai compris que monsieur Ouattara allait faire cela. Je formule le pari », analyse l’universitaire pour Poleafrique.info.

Au RDR, l’on s’en remet à la décision du président Ouattara sur la question. « Il est vrai que la Constitution actuelle n’empêche pas le président Alassane Ouattara d’être candidat à n’importe quelle élection. Mais je pense aussi que cette décision revient au président Alassane Ouattara. Et toute décision qu’il prendra, nous allons l’endosser, nous allons l’assumer et nous allons la réaliser », avait réagi ce dimanche la ministre Kandia Camara par ailleurs nouvelle secrétaire générale du parti au pouvoir à la question de la rédaction.

Richard Yasseu
Commentaires


Comment