Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

« Projet de déstabilisation » de la Côte d’Ivoire : Ouattara affirme avoir des preuves et promet des mandats d’arrêt
Publié le mardi 12 septembre 2017  |  Jeune Afrique
3ème
© Abidjan.net par Marc-Innocent
3ème congrès ordinaire du RDR: Cérémonie de clôture
Abidjan le 10 Septembre 2017. Le 3ème Congrès ordinaire du Rassemblement Des Républicains a refermé ses portes ce jour au Parc des Sports de Treichville avec le discours d`orientation du Président Alassane Ouattara.
Comment


Jeudi 7 septembre, le gouvernement accusait des pro-Gbagbo de mener des actes de déstabilisation en Côte d'Ivoire. Le président Alassane Ouattara a affirmé ce dimanche détenir « des preuves » de ces accusations et s'est dit prêt à émettre des mandats d'arrêts internationaux à leur encontre.

À la tribune du Palais des Sports d’Abidjan, dimanche 10 septembre, Alassane Ouattara s’est voulu offensif au moment d’évoquer le regain d’insécurité qui frappe la Côte d’Ivoire depuis plusieurs semaines.

« Nous n’accepterons pas que la sérénité des populations vivant en Côte d’Ivoire soit troublée à nouveau. Je veux dire à certains déstabilisateurs – qui n’ont même pas le courage de reconnaître des personnes qu’ils ont envoyées au charbon -, je veux leur dire que c’est terminé. Mais néanmoins, ce sont des Ivoiriens. Ils peuvent rentrer et je donnerai des instructions pour que rien ne leur soit fait, sauf de passer devant les tribunaux comme tout citoyen qui ferait des dommages aux Ivoiriens et à la Côte d’Ivoire », a déclaré le chef de l’État.

« Nous avons libéré des gens au nom de la réconciliation et maintenant ils se livrent à des actes de déstabilisation, a précisé ADO. Quelque soit les mensonges des uns et des autres, nous avons des preuves concrètes. Elles seront transmises aux pays où résident les commanditaires. Ils auront le choix de rentrer, autrement des mandats d’arrêt seront émis à leur endroit. »
... suite de l'article sur Jeune Afrique

Commentaires


Comment