Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Editorial
Article
Editorial

Les Samedis de Biton : Quand l’argent bout dans la marmite comme du riz
Publié le samedi 23 septembre 2017  |  L’intelligent d’Abidjan
Comment


Toute l’Afrique a vécu des heures de gloire, de joie et de belle sensation en voyant Monsieur Aliko Dankoté au milieu des chefs d’Etat et des Président de la République de l’Afrique. Oui, cet homme riche est une fierté. Le Nigérian a montré et démontré qu’on pouvait mieux faire que de devenir un homme politique. Devenir un homme d’affaires est la plus belle chose qui puisse arriver à un homme africain. Gagner beaucoup d’argent sans vivre dans l’angoisse. Participer au développement de son continent en poussant chacun à créer des activités lucratives pour combattre le chômage. C’est en créant des usines, des plantations, des usines qu’on se fait beaucoup d’argent. Ce qui est encore mieux que d’être un homme loin de la politique. Ce domaine qui ne dure pas dans le temps. Le pouvoir ne dure pas plus de dix ans. L’homme d’affaires reste au pouvoir toute sa vie. Personne ne lui en veut. Il est adulé, jamais critiqué. Au moment où des hommes politiques finissent leur mandat, pour des chefs d’Etat, l’homme d’affaires commence à peine ses activités. A voir, Aliko Dangoté, à New-York, entouré, par des responsables politiques tout le monde aimerait voir de nombreux africains devenir des commençants. On connait tous le parcours de l’ancien vendeur de paquets de ciment. Cet richissime qui vit dans des maisons luxueuses et dort dans des chambres plus belles que des palais présidentielles. L’image de Dangoté nous montre tout simplement que tous les Africains peuvent faire plus et mieux que la politique. Il y a mieux que la politique. Et plus que la politique. La première que nous devrions tirer de l’expérience des riches est la patience. Devenir un magma des finances c’est d’aller pas à pas. Ne pas se presser. L’argent et la politique ne suivent pas le même chemin. Regarder comment l’argent bout dans la marmite. Mettez le riz dans de l’eau chaude. En quinze minutes après, vous êtes surpris de voir des petits grains devenir des gros riz à manger. Dans tous les domaines la patience est un vrai chemin d’or. Tous ceux qui ont réussi dans tous les ceux secteurs de la vie n’ont pas choisi un autre chemin mieux que la patience. Ceux qui ne connaissent pas l’expérience du riz qui bout très vite et qui croient que la patience signifie la durée se trompent lourdement. Prenez chaque jour une pièce d’argent et mettez-le dans une petite caisse d’argent ou une boite. Au bout d’un mois vous serez surpris de la montée d’argent qui est accumulée. Ensuite, procéder, comme ceux qui sont devenus de vrais riches, et cela est très important, devenez avare. Tout le monde peut devenir riche si on refuse de vivre dans la dolce Vita. Combien de pauvres sont devenus riches parce qu’ils ont refusé de s’adonner à des achats ruineux. Un domaine à éviter à tous les coups. Autrefois, une banque nous avait offert un cahier pour noter nos dépenses. Celle qui était la plus onéreuse était celle appelée : « Divers. » En fait, il s’agit de celle consacrée aux dépenses relatives aux femmes. Pas seulement à sa femme, mais sa maman, sa tante, des jeunes filles, des belles femmes. Les hommes, hélas, n’en tiennent pas compte dans leurs dépenses, source de leur déficit. Le paradoxe est que la femme est le plus grand stimulant du cerveau. Or, c’est elle qui ruine. Il faut tout simplement savoir rester fidèle à une seule. Comme Hampaté Ba le disait sans la femme, rien ne va, avec la femme tout est foutu. Enfin, et comme tout grand travailleur, il faut bosser beaucoup. On le dit toujours. Quel que soit le travail on gagnera beaucoup quand on y passera plus de temps à la tâche quotidienne. Des analphabètes ont commencé à se promener dans la ville, du matin à la nuit, dans tous les quartiers, en vendant des petites choses et du n’importe quoi. En suivant les deux premiers principes on peut faire partie des Dangoté. Il est temps que tous les cadres, les commerçants, les intellectuels se lancent dans l’industrie légère et lourde. Quand on voit que la majorité des européens et des américains, encore plus, nombreux dans les affaires, beaucoup qu’en politique on aimerait que l’Afrique change son visage. Ce n’est pas en se « battant » dans l’arène politique que notre continent deviendra émergent. Il y a beaucoup d’Aliko en Afrique. Il suffit qu’on les montre à la jeunesse, aux citoyens. Il faut qu’ils fassent des conférences, des colloques, dans des écoles, dans des universités. Chaque pays africain doit mettre l’accent sur ces hommes africains qui vendent et gagnent plus. La politique doit commencer à prendre une proportion congrue dans les activités pour devenir un sacerdoce et non un business. C’est malheureux d’entendre que c’est par la politique que les Africains peuvent devenir riche. Changez votre pensée. Ainsi va l’Afrique.

A la semaine prochaine.
Par Isaïe Biton Koulibaly
Commentaires

Dans le dossier

Editoriaux et chroniques
Titrologie



L’intelligent d’Abidjan N° 4016 du 23/9/2017

Abonnez vous aux journaux  -  Voir la Titrologie
Sondage
Nous suivre

Nos réseaux sociaux


Comment


Comment