Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Crise postélectorale/ Mangou demande ‘’pardon’’ aux populations d’Abobo
Publié le mercredi 27 septembre 2017  |  APA
Justice/Procès
© Autre presse par DR
Justice/Procès Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé : le General Mangou témoigne
Lundi 25 septembre 2017. La Haye (Pays-Bas). Le Général Mangou était invité à la Cour Pénale Internationale à dire sa part de vérité dans la crise post-électorale qui a secoué la Côte d`Ivoire
Comment


Le général Philippe Mangou, ex-Chef d’Etat-major des armées (CEMA) a demandé, mardi, ‘’pardon’’ aux populations d’Abobo (commune au Nord d’Abidjan) pour ne les avoir pas défendu faute de ‘’munitions’’ pendant la crise postélectorale.

L’ancien patron de l’armée ivoirienne, aujourd’hui, Ambassadeur de Côte d’ivoire au Gabon, passait pour la deuxième fois devant la Cour pénale internationale (CPI) en qualité de témoin à charge contre Laurent Gbagbo et Blé Goudé poursuivis pour ‘’crimes contre l’humanité et crimes de guerre’’.

‘’La Côte d’Ivoire était sous embargo, on n’avait pas d’armes’’, a reconnu d’emblée, le militaire-diplomate avant de poursuivre ‘’je voudrais profiter de l’occasion pour demander pardon à la population d’Abobo parce qu’on a pu leur venir en aide et à celle d’Anokoi-Kouté’’.

‘’Si on n'a pas pu les défendre, c'est parce qu'on était à cours de munitions", s’est justifié le général Mangou.

HS/ls/APA
Commentaires


Comment