Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Commando invisible, attaques des français, mort de Tagro: Mangou dit sa part de vérité
Publié le mardi 3 octobre 2017  |  Fraternité Matin
Justice/Procès
© Autre presse par DR
Justice/Procès Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé : le General Mangou témoigne
Lundi 25 septembre 2017. La Haye (Pays-Bas). Le Général Mangou était invité à la Cour Pénale Internationale à dire sa part de vérité dans la crise post-électorale qui a secoué la Côte d`Ivoire
Comment


L’ex-chef d’état-major de l’armée ivoirienne continue son témoignage devant les juges de la Cpi. Le lundi 2 octobre, il a répondu aux questions des avocats de la défense.
Le commando invisible qui avait ses quartiers à Abobo Pk18 et les bombardements des aéronefs de l’armée ivoirienne en 2004 ont été évoqués, hier, par le général de corps d’armée, Philippe Mangou, témoin à charge de l’accusation. Répondant aux questions de Me Altit, relativement à l’infiltration de la commune d’Abobo pendant la crise post-électorale, le témoin a fait une révélation de taille.

A en croire Philippe Mangou, Laurent Gbagbo aurait financé « accidentellement » le commando invisible. Il a expliqué que le Président Laurent Gbagbo avait évoqué un plan avec Koné Zacharia, un ancien commandant des Forces nouvelles. Son récit est le suivant : « Lorsque j’avais été questionné le 9 août 2011, deux questions m’ont été posées. La première, c’était de savoir qui était le chef du commando invisible. Je l’ai su à la fin de la crise. La seconde question qui m’a été posée était de savoir si j’avais connaissance de la composition dudit commando. J’avais dit non. Mais aujourd’hui, je suis en mesure de vous dire que le président Gbagbo a financé accidentellement le commando invisible », a révélé Philippe Mangou.

Avant de donner plus de précision, en ces termes : « Le 10 décembre, le président m’appelle et me demande de venir le voir à son bureau. Je le trouve débout avec Tagro et il me dit, Tagro revient d’une mission au Togo où il a rencontré Koné Zacharia, et après discussions, ce dernier a dit qu’il était d’accord, pour 500 millions de FCFA, pour déstabiliser les forces à l’est du pays. Surpris par une telle demande j’ai dit, mais si vous avez cet argent donnez-le nous. J’ai dit au président, je m’excuse mais je n’ai pas de carte sous les yeux pour dire par où Koné Zacharia pouvait commencer.
... suite de l'article sur Fraternité Matin

Commentaires


Comment