Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Etat de la lutte contre la déforestation en Côte d’Ivoire (papier d’éclairage)
Publié le mercredi 11 octobre 2017  |  AIP
Comment


Abidjan – La Côte d’Ivoire a élaboré un train de mesures pour lutter contre la disparition de son couvert végétal dont la stratégie nationale de Réduction des gaz à effet de serre dues à la déforestation et à la dégradation des forêts dite REDD+ présentée à la COP 22 à Marrakech au Maroc et intégrée dans le Plan national de développement (PND).

Elle a mis à la disposition du ministère du Plan et du Développement un outil de planification qui permettra de s’assurer entre autres de la prise en compte de la problématique REDD+ dans les programmes sectoriels du gouvernement et créé une Cellule de mesures, de notification et de vérification des efforts de restauration des forêts.

Ces initiatives ont permis à la Côte d’Ivoire de soumettre aux Nations Unies son niveau d’émission de référence des forêts, c’est-à-dire le niveau à partir duquel elle sera évaluée dans ses efforts de lutte contre la déforestation.

L’étape de mise en œuvre du mécanisme REDD+ de lutte contre la déforestation débutera en janvier 2018 et permettra d’opérationnaliser la stratégie nationale REDD+. Cette seconde phase de la REDD+ devra permettre d’inverser la tendance de la déforestation en Côte d’Ivoire tout en réduisant la pauvreté au niveau local à travers l’instauration d’un Système de paiement pour services environnementaux.

Le gouvernement ivoirien a adhéré depuis 2011, au Mécanisme international de réduction des émissions de gaz à effet de serre issues de la déforestation et de la dégradation des forêts (REDD+) proposé en 2005 dans le cadre des négociations internationales sur le Changement climatique. Son objectif est de lutter contre le réchauffement climatique provoqué par les émissions de gaz à effet de serre induites par la destruction des forêts. Il s’agit d’utiliser les forêts pour réduire la quantité de gaz carbonique présente dans l’atmosphère.

S’appuyant sur des incitations financières et indirectement liée au marché du carbone, cette initiative comprend trois phases que sont la préparation, la mise en œuvre et la phase de paiement qui permettra de rémunérer la Côte d’Ivoire sur la base de ses efforts de non déforestation et de restauration de son couvert forestier.

La Côte d’Ivoire était recouverte de 16 millions d’hectares de forêts en 1900 contre moins de 3,5 millions aujourd’hui. Une régression soutenue et sans pause de 7,8 millions d’hectares en 1990, de 5,1 millions en 2000 et de 3,4 millions en 2015, note-t-on.


aaa/kam
Commentaires


Comment