Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Korhogo/ Traite des personnes : Mariatou Koné au secours de 3 nigérianes victimes
Publié le lundi 16 octobre 2017  |  Fraternité Matin
Double
© Abidjan.net par Atapointe
Double cérémonie de remise de chèques aux victimes des crises et aux victimes de l`accident de la circulation de Kanawolo en décembre 2016
Abidjan le 6 avril 2017. Le Professeur Mariétou KONE, ministre au titre de la Solidarité, de la femme et de la Protection de l`Enfant a présidé la double cérémonie de remise de chèques aux victimes des crises et aux victimes de l`accident de la circulation de Kanawolo en décembre 2016.
Comment


Pour l’heure, la dame proxénète de nationalité nigériane est aux arrêts. La justice fera son travail, assure Mme la ministre.
Korhogo/Traite des personnes : Mariatou Koné au secours de 3 nigérianes victimes

Soumises à l’esclavage sexuel depuis 6 mois sur un site d'orpaillage clandestin à Korhogo, 3 Nigérianes victimes de traite des personnes ont pu s'échapper des mains de leurs bourreaux le 9 octobre 2017. Ayant trouvé refuge dans un de ses services, la ministre Mariatou Koné est allée à leur rencontre. L’âge de ces jeunes se situe entre 25 et 28 ans. Elles ont expliqué leur calvaire à la Ministre de la Femme, de la Protection de l'Enfant et de la Solidarité (Mfpes).

« Nous étions au Nigeria, une dame nous a dit qu'une fois à Abidjan nous aurons du travail. En contrepartie, nous devrions rembourser progressivement la somme de trois cent mille (300.000) francs CFA », tente d'expliquer l’une d'entre elles. Elle poursuit : « A notre arrivée, nous avons été contraintes à la prostitution. Avoir des rapports sexuels avec des orpailleurs pour payer la dette de notre affranchissement. Cette fois nous devrions rembourser un million au lieu de 300.000 FCFA de départ. On a dû fuir après 6 mois pour nous retrouver ici ».
... suite de l'article sur Fraternité Matin

Commentaires


Comment