Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Situation politique en Côte d’Ivoire, Dr. Christopher Fomunyoh, NDI-Afrique : «Le climat politique peut être tendu si...»
Publié le mardi 17 octobre 2017  |  Notre Voie
Dr
© Autre presse par DR
Dr Christopher Fomunyoh, écrivain et auteur de l`ouvrage «Le Cameroun de demain : L’homme à travers sa parole»
Comment


Le directeur Afrique du National democratic institute (NDI), Dr. Christopher Fomunyoh, a exprimé ses inquiétudes sur l’évolution de la situation sociopolitique en Côte d’Ivoire, hier, à l’ouverture de l’atelier consultatif sur le rôle des partis politiques dans une démocratie pluraliste, à l’Hôtel Azalaï à Marcory. «Il y a différents mouvements de protestations sociales. Si c’est mal négocié, on peut se retrouver dans un climat tendu», a-t-il déclaré.
Outre la fronde sociale, le directeur Afrique du National democratic institute a évoqué les problèmes de l’armée et les défis sécuritaires qui, selon lui, sont là pour rappeler combien de fois la situation est précaire.

Dr. Christopher Fomunyoh a soutenu que l’objet de l’atelier d’Abidjan est de créer un cadre d’échanges en vue de permettre aux acteurs politiques de discuter de la situation et d’esquisser des pistes de solutions. Le directeur du NDI a indiqué qu’il est important que dans un tel contexte précédant les joutes électorales de 2020, que les politiques trouvent un centre d’intérêt sur lequel ils s’accordent. Le responsable Afrique de l’ONG américaine a rendu hommage aux acteurs politiques pour leur effort qui, dira-t-il, a fait avancer de façon significative les choses.
Catherine Brucker, chargée d’affaires de l’ambassade des États-Unis en Côte d’Ivoire, a abondé dans le même sens en soulignant que le conflit prolongé de la crise post-électorale a eu un impact réel sur la Côte d’Ivoire. Elle a relevé la capacité de résilience du peuple ivoirien à travers la bonne tenue des élections de 2015. Aussi a-t-elle témoigné de la grande «soif des Ivoiriens d’une paix réelle». «Le dialogue politique est difficile. Il faut beaucoup de temps. Il ne faut pas perdre du temps», a-t-elle soutenu en guise d’interpellation aux acteurs politiques.
Le Front populaire ivoirien est représenté par la vice-présidente Adèle Dédi, la secrétaire générale Agnès Monnet et le secrétaire général adjoint, Kouakou Krah.
L’atelier qui s’articule autour de six thématiques s’achève aujourd’hui.

César ébrokié
Commentaires


Comment