Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Necrologie
Article
Necrologie

Allocution du Ministre Mariatou Koné à l’occasion de la cérémonie d’hommage des femmes à Madame Hortense Aka Anghui
Publié le dimanche 29 octobre 2017  |  Ministères
HOMMAGE
© Ministères par DR
HOMMAGE des femmes de Côte d`Ivoire à Madame Hortense AKA ANGHUI ,initié par la Ministre Mariatou KON
Comment


• Madame Henriette Konan Bédié, Présidente de l’ONG Servir,
• Madame la Grande Chancelière, Madame Henriette DAGRI DIABATE,
• Madame Clarisse Duncan, Epouse de SEM le vice-Président de la République
• Mesdames et Messieurs les Ministres,
• Mesdames les épouses des Ministres et Présidents d’Institution,
• Mesdames les épouses d’Ambassadeur,
• Papa Aka Anghui et Famille,
• Mesdames et Messieurs les Représentants des Agences du Système des Nations Unies,
• Mesdames et Messieurs les Représentants des ONG Nationales et Internationales,
• Distingués Chefs Coutumiers et Chefs Religieux,
• Chers Partenaires de la Presse,
• Très Chères sœurs,
• Très chères Mamans,
• Chers parents de Maman Hortense,
• Distingués invités,
• Mesdames et Messieurs,

C’est avec une grande émotion que je prends la parole, en ce jour du 26 octobre 2017, à l’occasion de cette cérémonie d’hommage à l’une des personnalités marquantes de l’histoire de notre pays qui vient de nous quitter.

Je voudrais présenter, au nom du Gouvernement, mes condoléances à la famille de Maman Hortense, à toutes les femmes de Côte d’Ivoire, à tout le peuple ivoirien pour cette grande perte.

Femmes de Côte d’Ivoire, je voudrais sincèrement vous remercier, individuellement et collectivement, pour cette mobilisation exceptionnelle qui est à la hauteur de la stature de Maman Hortense Aka Anghui.

Je voudrais, à ce stade de mes propos, dire merci à SEM Alassane Ouattara, Président de la République, qui, en plus de nous dépêcher auprès de la famille, s’y est déplacé lui-même, avec son épouse, Madame Dominique Ouattara, pour présenter ses condoléances. A l’annonce du décès, il a insisté sur le caractère rassembleur de Maman Hortense, « la jeune femme », selon son expression, qui était présente à toutes ses activités tant qu’elle le pouvait et qui savait convaincre sans forcer.

Je voudrais également dire merci à Madame la Première Dame. Elle n’a pu être présente ici, mais elle demeure de tout cœur avec nous en cette circonstance particulière. Elle me charge de vous transmettre ses salutations et ses remerciements pour avoir répondu massivement à ce rendez-vous de communion avec notre très chère Maman Hortense.

Dès l’annonce de son décès, elle n’a cessé de nous traduire son soutien, face à cette épreuve douloureuse, et son grand attachement à cette grande Dame qui reste l’une des figures emblématiques de la vie nationale.

J’adresse aussi mes remerciements à SEM Amadou Gon Coulibaly, Chef du Gouvernement, qui, en plus d’autoriser la présente cérémonie d’hommage, a contribué personnellement à sa réussite.

Chère Maman Hortense,
En ce lieu, se trouvent rassemblés tous ceux que tu aimes et qui continuent de t’aimer. Il s’agit de cette belle Côte d’Ivoire, riche de sa diversité géographique, ethnique, religieuse, politique, socioprofessionnelle et intergénérationnelle, venue te rendre un hommage bien mérité.

Hommes, femmes et jeunes, de tous les âges, de tous les milieux et de toutes les classes sociales, sont là, parce que tu as su donner à chacun d’eux, quel que soit leur milieu d’origine ou leur rang social, la plénitude de la qualité d’être humain.

Chère Maman,
Que dire de plus après les témoignages qui traduisent fort éloquemment tes différentes qualités humaines et sur les plans professionnel, associatif et politique ? Pharmacienne, Ministre, Député-Maire, un beau parcours qui est la récompense du mérite et de la qualité des relations avec les populations.

Tu as été un être social accompli. Tu es le symbole de la réussite, de la foi en un idéal, de la fidélité dans tes convictions, de la ferveur militante, de la générosité et du partage. Tu es l’incarnation de l’amour du prochain, du don de soi.

Ton départ de notre monde est une grande perte pour toute la Côte d’Ivoire.
Madame la Première Dame me confiait, en ces termes, je cite : « Le décès de notre mère Hortense AKA Anghui est une perte pour toutes les femmes de Côte d’Ivoire. Mais sa vie est également le témoignage d’un parcours plein d’amour pour son prochain qu’elle partageait sans cesse. Sa vie est une vraie leçon de vie », Fin de citation.

J’ai pu moi-même, en tant qu’étudiante, bénéficier de cette générosité et de cet esprit de partage. En 1988, en me conseillant de poursuivre mes études à un moment de choix décisif pour mon avenir, Maman Hortense a contribué à donner un sens à ma vie et à déterminer ma carrière professionnelle.

Mesdames et Messieurs,
Chères Mères,
Chères Sœurs,
Notre douleur est grande, mais en partant, les valeurs de fraternité, de solidarité, de générosité, de partage et de fidélité que Maman Hortense a incarnées font partie de l’héritage moral et spirituel qu’elle laisse à la Côte d’Ivoire entière. La Commune de Port-Bouët et tout ce qu’elle a bâti, par son intelligence et la force de ses convictions, en portera des marques indélébiles. Un exemple remarquable est l’Institution de Formation et d’Education de la Femme (IFEF) de Port-Bouët, qui est devenue un établissement de référence pour la promotion et l’autonomisation de la femme.

Elles sont nombreuses ici, aujourd’hui, les auditrices de l’IFEF pour te dire merci.
Notre mère n’a pas vécu inutile. Elle laisse un héritage riche que nous avons le devoir de préserver et de faire fructifier. Les Grands Hommes comme les Grandes Dames ne meurent jamais. Grande Dame, Maman Hortense en était une.

Maman Hortense,
En te rendant hommage ce jour, nous avons également une pensée pieuse et affectueuse pour tes sœurs Ministres en charge des femmes que sont Jeanne Gervais (1976-1983) et Claire Grah (1990-1993) qui t’ont précédée dans l’au-delà. Ensemble, vous avez œuvré à la promotion de la femme ivoirienne. Les résultats sont visibles. Les acquis sont importants. Certes, Beaucoup reste encore à faire, mais d’énormes progrès ont été réalisés pour une pleine participation des femmes au développement de notre pays. La Côte d’Ivoire, les femmes de Côte d’Ivoire vous demeurent éternellement reconnaissantes, pour avoir tracé les premiers sillons conduisant à l’égalité des droits entre l’homme et la femme, permettant ainsi à cette dernière de jouir pleinement de sa qualité de citoyen.

Mesdames et Messieurs,
Pour clore mes propos, je voudrais réitérer mes remerciements à Madame la Première Dame, pour son soutien à l’organisation de cette cérémonie d’hommage à Maman Hortense, aux Membres du Gouvernement, aux distinguées personnalités, aux partenaires au développement, aux partis politiques et aux organisations de la société civile, pour leur présence réconfortante.

Je voudrais dire également merci à toutes les femmes de Côte d’Ivoire qui, sans distinction, dans un même élan de solidarité, sont venues honorer notre chère maman.

Enfin, je voudrais dire merci à Maman Hortense pour avoir rassemblé les femmes de Côte d’Ivoire dont la diversité traduit la richesse humaine de notre pays.

Yako à la famille !
Yako à nous tous.

Ne pleurons pas, ne soyons pas tristes, car les graines qu’elle a semées ont produit et continueront de le faire tant que la Côte d’Ivoire existera.

Maman Hortense, que la terre de Côte d’Ivoire te soit légère dans ce repos éternel ! Mais de là où tu es, continue de travailler pour notre pays, pour la paix, pour la stabilité, pour la cohésion sociale.

Nous t’aimons.
Dieu saura te garder auprès de lui


Professeur Mariatou KONE
Commentaires


Comment