Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Santé
Article
Santé

La Côte d’Ivoire lance une nouvelle méthode de lutte contre les hémorragies postnatales
Publié le jeudi 2 novembre 2017  |  APA
Santé
© Abidjan.net par Marc Atigan
Santé / Secteur pharmaceutique: présentation des performances 2016-2017 par le cabinet FICOGES
Abidjan le 20 Avril 2017. Le Cabinet FICOGES a présenté les performances pour l`année 2016 du secteur pharmaceutiques à ses différents acteurs en présences du Ministre De la Santé et de l`hygiène publique Raymonde Goudou Coffie(photo).
Comment


Le ministère ivoirien de la Santé et de l’hygiène publique a lancé mardi à Abidjan une nouvelle méthode de lutte contre les hémorragies du post-partum (postnatales) par tamponnement intra utérin, en présence de l’inventeur de cette technique, Dr Thomas Burke de l’Université d’Havard, aux Etats-Unis.

Cette nouvelle technique a été présentée lors du lancement officiel du Programme de prise en charge de l’hémorragie du post-partum immédiat par tamponnement intra utérin, au cours d’une cérémonie à l’Institut national de formation des agents de santé (Infas).

Le post-partum est la période qui débute après l'accouchement et se termine au retour de couches avec l'apparition des règles. En Côte d’Ivoire, les hémorragies post-partum représentent 36% des causes obstétricales directes des décès maternels.

Cette méthode se fait avec un certain nombre d’équipements notamment un préservatif ordinaire, une petite corde, une sonde urinaire et une grosse séringue. « On introduit le ballonnet (obtenu à partir du condom) dans l’utérus et quand on remplit le ballonnet ça épouse la forme de l’utérus. Il va alors bloquer les vaisseaux sanguins qui saignent après l’accouchement », a expliqué une sage-femme formatrice.

« On le fait surtout quand l’utérus est mou (cas d’atonie) parce qu’il ne se rétracte pas pour bloquer les vaisseaux sanguins. Le ballonnet étant à l’intérieur, en le remplissant, on bloque les vaisseaux sanguins qui saignent. Et quand l’utérus commence à se rétracter, on vide le contenu du ballonnet jusqu’à le retirer totalement», a-t-elle poursuivi.

Le professeur Thomas Burke, chef de la division du département de l’école médicale de Harvard, a répondu à quelques préoccupations des sages-femmes. Il a indiqué que le dispositif est posé avant que la femme ne subisse un traumatisme ou que sa tension baisse.

« Quand le ballonnet est placé, après la pose de l’UBT (dispositif) l’hémorragie cesse dans les temps qui suivent et la mère peut rentrer chez elle en bonne santé», a-t-il relevé, tout en rappelant que dans tous les cas d’hémorragie post-partum, il y a un séquençage des soins.

Il a soutenu que dans le cas de l’hémorragie post-partum, le dispositif reste dans l’utérus de la mère aussi longtemps car les saignements ne sont pas tous les mêmes. A Abidjan, deux cas cliniques ont été réalisés sur des sujets avec succès pour une durée respective de 36 heures et 42 heures.

Cette méthode vient accroître la palette des techniques pour lutter contre les hémorragies post-partum immédiat. Dans le cadre de son appui à la Côte d’Ivoire pour atteindre les ODD en 2030, l’Unicef a sollicité la collaboration de l’Université de Harvard pour la mise en œuvre de cette méthode utilisée à travers le monde.

Le rapport national sur la surveillance des décès maternels et riposte 2016 (résultats préliminaires), indique que « les hémorragies post-partum immédiat en Côte d’Ivoire représentent la première cause des décès maternels avec un taux de 42,17%. »

PIG/ap/ls/APA
Commentaires


Comment