Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Tueries des femmes d’Abobo, bombardement du marché Siaka Koné: Une Ong émet des doutes après le témoignage de Détoh Létoh
Publié le vendredi 10 novembre 2017  |  LInfodrome
Comment


Tueries des femmes d'Abobo, bombardement du marché Siaka Koné: Une Ong émet des doutes après le témoignage de Détoh LétohLe témoignage du Général Detoh Letoh dans le procès Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé devant la Cour pénale internationale suscite des doutes sur les circonstances de la mort des femmes le 03 mars et le bombardement du marché Siaka Koné le 17 mars 2011, selon l'Observatoire ivoirien des droits de l'Homme (Oidh).

Le procès conjoint de l’ex-président Laurent Gbagbo et Charles Blé Goudé, suspendu depuis le 11 Octobre 2017 pour des contraintes budgétaires, a repris ce mardi 07 Novembre 2017 avec la comparution d’un autre officier supérieur de l’armée ivoirienne. Il s’agit notamment du Général Firmin Detoh Letoh, l’ex-commandant des forces terrestres sous le régime du Président Laurent Gbagbo. Son témoignage intervient après ceux du Général Philippe Mangou et du Médecin légiste Eric Beccard.

Au sujet de la marche des femmes à Abobo le 03 mars 2011, l’ex-commandant des forces terrestres n’en dit pas plus que les précédents officiers qui l’ont précédé, car il affirme ceci : « Nous n’avons tenu aucune réunion et reçu aucune information sur cette marche, et aucun élément était à son poste le 3 mars. Ils étaient tous rassemblés au camp commando. » Néanmoins, Detoh Letoh fait une révélation sur le convoi de logistique militaire qui circulait le jour de la marche. Jusque-là, les témoins s’étaient limités à évoquer le simple passage de ce convoi. Au cours de son témoignage, le Général révèle que ce convoi a été attaqué au carrefour ‘’Gagnoa Gare’’ et ses hommes ont riposté. L’information lui aurait été donnée par le Colonel Basile Niamké, commandant en permanence du camp commando.
... suite de l'article sur LInfodrome

Commentaires


Comment