Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

La Côte d’Ivoire enregistre des avancées en matière de consolidation de la paix ( DG de la solidarité)
Publié le vendredi 10 novembre 2017  |  AIP
Comment


Abidjan - La Côte d‘Ivoire a enregistré depuis la fin de la crise post-électorale des avancées en matière de consolidation de la paix, a indiqué vendredi le directeur général de la solidarité, Doh Dibahi Marcelin, relevant toutefois quelques entraves à ce processus.

Animant une conférence sur « les efforts de la Côte d’Ivoire en matière de consolidation de la Paix » en prélude à la célébration de la journée nationale de la paix (le 15 novembre), M. Dibahi a relevé que le gouvernement ivoirien s’est attelé à instaurer la cohésion sociale tant sur le plan légal, institutionnel et opérationnel.

S’agissant de l’aspect légal, il a indiqué que des différentes reformes ont été prises conformément à des traités internationaux ratifiés par la Côte d’Ivoire. Le gouvernement a aussi procédé à l’adoption des lois sur le foncier, l’apatridie, la nationalité. L’avènement de la nouvelle constitution moins conflictuelle et qui promeut l’égalité des sexes participe aussi à la consolidation de la paix, a-t-il signifié.

Parlant des institutions mises en place pour la promotion de la paix, le panéliste a fait noter les créations de la Commission dialogue, vérité et réconciliation(CDVR), de la cellule spéciale d’enquête, de l’observatoire nationale de la solidarité et de la cohésion sociale, du conseil national de la sécurité du programme nation de cohésion sociale (PNCS) entre autres.

Les actions pour le renforcement de la paix se sont concrétisées par la libération de prisonniers issus de la crise post électoral, le retour volontaire de 277.569 réfugiés sur les 300.000, soit 83% de retour, la mise en place d’un mécanisme d’assistance des enfants orphelins ( 278 enfants pupilles de l’Etat), la rétrocession des biens de 1.265 cas sur 1805 plaintes.

Toutefois, face à ces avancées le DG de la solidarité a déploré des obstacles pouvant mettre à mal la paix. Il s’agit notamment des conflits fonciers, du développement de l’intolérance et de la violence en milieu scolaire, de l’incivisme, de la faiblesse de la culture démocratique, de l’insécurité et la pauvreté.

La 21ième édition de la journée nationale de la paix sera célébrée le 15 novembre 2017 au palais de la culture de Treichville à Abidjan, autour du thème « la participation de tous à la sécurité, gage de paix ».

tad/kam
Commentaires


Comment