Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Afrique
Article
Afrique

Macky Sall appelle à "repenser la doctrine" du maintien de la paix de l’ONU
Publié le lundi 13 novembre 2017  |  AIP
Ouverture
© Abidjan.net par SB
Ouverture d`une réunion de l’UEMOA sur la politique de paix et de sécurité
Dakar, le 27 octobre 2017 - Le chef de l`État Macky Sall a présidé la cérémonie d`ouverture d`une réunion de l’ Union économique et monétaire ouest africaine (UEMOA) sur la politique de paix et de sécurité.
Comment


Le président sénégalais, Macky Sall, a invité lundi la communauté internationale à l’ouverture de la quatrième édition du Forum de Dakar sur la paix et la sécurité, à "repenser sérieusement" la doctrine du maintien de la paix des Nations unies, estimant que l’on ne peut maintenir la paix là où elle n’existe pas, mais plutôt la rétablir en combattant des groupes dont la violence est le seul mode d’action.

"Face aux nouvelles menaces, les missions classiques de maintien de la paix ne sont plus adaptées. C’est le cas notamment avec la MINUSMA au Mali, sans doute l’une des missions de paix les plus meurtrières pour les casques bleus", a-t-il estimé.

Selon l’APS, le président Sall, a souligné que l’échange de renseignement et sa coordination sont indispensables dans la lutte contre le terrorisme.

"Nous devons intégrer davantage les risques liés aux Etats faillis. Chaque fois qu’un Etat est affaibli d’une façon ou d’une autre, chaque fois que ses ressorts sont cassés, le vide se crée, le chaos et l’insécurité s’installent. L’Etat failli offre un sanctuaire de rêve pour tous les réseaux mafieux et criminels, y compris ceux de l’émigration clandestine, parce qu’en face, il n’y a plus de loi, ni d’autorité organisée pour combattre et freiner ces groupes", a affirmé le président sénégalais.

Il a averti qu’il faut se garder des solutions toutes faites, conçues et appliquées sans concertation avec les Africains.

"Les conséquences de ces interventions, et nous le vivons au Sahel, sont souvent pires que le mal qu’elles étaient censées soigner. Comme il ne fait pas midi partout en même temps, chaque pays a une histoire, une expérience et des spécificités dont il convient de tenir compte.(…) il faut poursuivre sans relâche la bataille contre les défis sécuritaires par l’éducation, la formation, l’emploi et le développement inclusif", a exhorté Macky Sall.

Ouverte lundi, la quatrième édition du Forum international de Dakar sur la paix et la sécurité en Afrique s’achève mardi. Elle sera consacrée aux nouveaux enjeux stratégiques du continent, avec pour thème « Défis sécuritaires actuels en Afrique : pour des solutions intégrées ».


kam
Commentaires


Comment