Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Art et Culture

Défense des droits des artistes musiciens: Le Samci, un vrai outil de lutte est lancé
Publié le lundi 4 decembre 2017  |  Fraternité Matin
Comment


Musiciens, arrangeurs, artistes chanteurs, auteurs, compositeurs, connus ou moins connus. Ils étaient tous là, pour participer à la cérémonie officielle de présentation du Syndicat des Artistes Musiciens de Côte d’Ivoire (Samci). C’était le 30 novembre dernier, à 11h00, au siège du Centre National des Arts et de la Culture (Cnac), à Angré 9è tranche.

Créé le 8 avril 2017 et affilié à la Fédération internationale des musiciens (Fim), le Samci se veut un instrument de lutte pour la défense des droits des artistes musiciens, leurs intérêts sociaux et économiques et pour l’amélioration de leurs conditions de vie. L’occasion de cette cérémonie était donc belle pour Béthéké Christiane, alias Tiane, présidente du Samci, d’expliqué les fondements de l’organisation et lancé un appel à la mobilisation.

« Le Samci est un instrument de combat, mais un combat dans la dignité avec le respect de l’autre et de ses différences. Un instrument de lutte pour valoriser un métier noble par des actions civilisées, dans le respect de celui qui est en face. Sans pour autant flancher sur les questions qui mettent en péril nos vies et celles de nos familles. Le Samci est donc là pour rappeler à tous, que la musique est certes un art, mais avant tout, un métier. Et un métier, ça doit être respecté. C’est pourquoi j’appelle tous les artistes musiciens à la mobilisation », a-t-elle annoncé les couleurs.

A sa suite, Danièle Logou, alias Dan Log, secrétaire général du Samci, a présenté le syndicat et les grandes étapes qui ont conduit à sa la création. Au commencement donc, selon ses dires, Kajeem était là. C’est lui qui avait été contacté par la Fim pour la mise sur pied d’une organisation qui soit représentatif des artistes musiciens de Côte d’Ivoire à l’international. « Et depuis, petit à petit, nous avons réussi à mettre sur pied le Samci. Il y a quatre grands organes : l’Assemblée général, le Conseil syndical, le Bureau syndical et le Conseil des sages. Ainsi que des commissions techniques. Aujourd’hui, on peut dire avec fierté que nous sommes une organisation formelle, légale, donc, un interlocuteur crédible, reconnu officiellement par l’Etat de Côte d’Ivoire. Notre particularité, c’est que le Samci est dirigé par des femmes, en collaboration avec les hommes. Nous sommes à l’heure de l’équilibre des genres. Le temps est arrivé pour que la femme revendique sa place dans la société. Etre là où les décisions se prennent et non s’appliquent », a-t-elle expliqué avant de donner les grands axes des actions à venir.
... suite de l'article sur Fraternité Matin

Commentaires


Comment