Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Des leaders communautaires sensibilisés sur les VBG à Bonon
Publié le jeudi 7 decembre 2017  |  AIP
Comment


Bouaflé - La direction régionale de la Promotion de la femme, de la Famille et de la Protection de l’enfant de la Marahoué a sensibilisé, mercredi, à Bonon, dans le département de Bouaflé, des leaders communautaires et guides religieux sur les violences basées sur le genre (VBG).

Il s’agit du viol, des violences sexuelles, des violences physiques, des mariages forcés, des violences émotionnelles ou psychologiques et des dénis de ressources.

L’accent a été mis sur le viol, les mariages forcés, les violences physiques et leurs conséquences. Les échanges qui ont suivi, ont permis aux participants d’être mieux éclairés sur ces violences qui constituent une violation des droits humains des femmes et des filles.

Une projection de films et la récompense des matrones ainsi que des transporteurs bénévoles qui œuvrent pour l’accouchement des femmes à l’hôpital, en les y accompagnant, ont meublé cette activité qui s’inscrit dans le cadre de la campagne des 16 jours d’activisme contre les VBG (Du 25novembre au 10 décembre) et qui a bénéficié de l’appui financier de Save the Children.

Le directeur régional de la Promotion de la femme, de la Famille et de la Protection de l’enfant de la Marahoué, N’Goran Alexis et le chef de Bureau de Save de Children à Man, Digbeu Amélie, ont exhorté les leaders communautaires et les guides religieux à dénoncer ces violences aux conséquences néfastes et à protéger les femmes et enfants de tous ces abus.

Le sous-préfet de Zaguiéta, Kpassou Ozigré, représentant sa collègue de Bonon a, pour sa part, réaffirmé la volonté du gouvernement de mettre fin à ces VBG, invitant les chefs traditionnels, à ne pas les régler à l’amiable. « Ne vous rendez pas complices des violences basées sur le genre. Les VBG ne se règlent pas à l’amiable », a souligné Mme Kpassou.

ns/fmo
Commentaires


Comment