Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Musique religieuse : Daniel Kablan Duncan salue les talents de son collaborateur
Publié le jeudi 7 decembre 2017  |  Fraternité Matin
Ouverture
© Abidjan.net par Nathan KONE
Ouverture du 6ème Forum des Affaires UE-Afrique 2017
Abidjan le 27 novembre 2017. Le Vice President Daniel Kablan Duncan a présidé la cérémonie d`ouverture du 6ème forum des Affaires Union Européenne - Afrique
Comment


L’auteur a officiellement offert un Cd à l’évêque du diocèse, Mgr Jean Salomon Lézoutié qui l’a béni. Avant d’en offrir un également à son hôte de marque.

Akpa Akmel Prospère, économiste, a fait la dédicace d’une œuvre musicale, la messe entièrement chantée en Adjoukrou, samedi dans son village à Lopou en présence du Vice-Président.

Le 2 décembre restera inoubliable pour les fils de la région des ponts. Ce jour-là, ils se sont retrouvés comme un seul homme à Lopou avec leur frère Akpa Akmel Prospère, un économiste, collaborateur et ami du Vice-Président de la République Daniel Kablan Duncan, pour prier Dieu. Cela, à la faveur d’une messe d’action de grâce qu’il a demandée. Mais également pour la dédicace de son album « Misa Ajukru », qui signifie : la messe en Adjoukrou. Avec des paroles et une musique exécutées selon les sonorités de ce riche terroir, depuis le chant d’entrée jusqu’au chant de sortie.

L’auteur a officiellement offert un Cd à l’évêque du diocèse, Mgr Jean Salomon Lézoutié qui l’a béni. Avant d’en offrir un également à son hôte de marque. Il a précisé que cette œuvre qui a été dédicacée, remise officiellement au prélat qui l’a acceptée, pourra désormais être exécutée dans toutes les églises du diocèse de Yopougon.

« Misa Ajukru » est le fruit d’une histoire que le vice-président et lui ont vécu d’une manière particulière en 1999. « Le Premier ministre Duncan d’alors et moi avons vécu une histoire qui nous a bouleversés. A cette époque-là, le monde s’est écroulé autour de nous. Le lendemain, dans la rue, nous ne connaissions plus personne. Nous ne pouvions plus aller dans aucun bureau, ni téléphoner à personne », explique-t-il. Il a fallu ensuite repartir à zéro.
... suite de l'article sur Fraternité Matin

Commentaires


Comment