Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Revue annuelle de l’UEMOA en Côte d’Ivoire: Un bilan mitigé pour la Côte d’Ivoire
Publié le mardi 12 decembre 2017  |  Notre Voie
3e
© APA par Amah Saliou
3e revue annuelle Réformes UEMOA en Côte d`Ivoire: Rencontre entre le Premier ministre et le président de la Commission de l`UEMOA
En mission en Côte d’Ivoire dans le cadre de la 3eme revue des Réformes, Politiques, Projets et Programmes de l’Union Economique et Monétaire Ouest Africaine (UEMOA) en Côte d’Ivoire, une délégation de l’organisation sous régionale conduite par son président Abdallah Boureima a été reçue ce lundi 11 décembre 2017 par le Premier ministre, ministre du Budget et du Portefeuille de l’Etat, Amadou Gon Coulibaly.
Comment


« A l’issue de l’évaluation, il ressort qu’en 2017, la Côte d’Ivoire affiche une mise en œuvre satisfaisante des réformes. Toutefois, comme on le verra dans l’exposé qui sera présenté incessamment, cette moyenne cache certaines disparités constatées dans les performances réalisées au niveau des domaines visités ». Présent à l’ouverture officielle, hier, lundi 11 décembre 2017, au 20ème étage de l’immeuble Sciam, au Plateau, de la revue annuelle des réformes, politiques, programmes et projets communautaires de l’Uemoa en Côte d’voire, Abdalah Boureima, président de la commission de l’Uemoa, tout en se félicitant de ce que la Côte d’Ivoire ait eu une bonne moyenne lors de son évaluation, a tout de même précisé que tout n’est pas pour autant rose.

Son constat, il l’a fait au regard de la revue technique faite, du 6 au 8 novembre dernier, par des équipes de la Côte d’Ivoire et de la Commission de l’Uemoa.

Le ministre de l’Economie et des Finances, Adama Coulibaly, s’est réjoui de ce que le marché commun se consolide, la liberté de circulation des personnes et des biens devient de plus en plus un acquis et les habitudes des populations connaissent des changements notables. « Toutefois, beaucoup reste à faire notamment en matière d’harmonisation des législations en vue de créer des zones attractives et compétitives de saine concurrence », a reconnu le ministre.

KONé Modeste
Commentaires


Comment