Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Développement / Atelier de restitution des résultats de l’étude sur les classes moyennes : ‘’ la notion de classe moyenne est peu présente dans les politiques publiques en Côte d’Ivoire ’’ (AFD)
Publié le jeudi 14 decembre 2017  |  Abidjan.net
Développement
© Abidjan.net par D. A.
Développement / Atelier de restitution des résultats de l’étude sur les classes moyennes : ‘’ la notion de classe moyenne est peu présente dans les politiques publiques en Côte d’Ivoire ’’ (AFD)
Le Ministère du Plan et du développement et l’Agence française pour le développement (AFD) ont organisé ce jeudi 14 décembre, à l’ENSEA (Ecole nationale de statiques appliquées) sis à l’Université Félix Houphouët-Boigny, un atelier de restitution de l’étude portant sur : « le réveil des classes moyennes ivoiriennes ».
Comment


Le Ministère du Plan et du développement et l’Agence française pour le développement (AFD) ont organisé ce jeudi 14 décembre, à l’ENSEA (Ecole nationale de statiques appliquées) sis à l’Université Félix Houphouët-Boigny, un atelier de restitution de l’étude portant sur : « le réveil des classes moyennes ivoiriennes ».

L’ouverture de ce panel d’élites internationales du domaine du développement et de la planification a été présidée par le Directeur de cabinet, M. Yéo Nahoua, représentant la Ministre du Plan et du Développement.

Des patrons de l’AFD dont, M. Mihoud Mezouaghi, Directeur adjoint de l’innovation et de la recherche, M. Bruno Lecler, Directeur AFD Abidjan, ainsi que la Directeur de l’ENSEA, M. Hugues Kouadio, étaient également du banc des officiels.

La série d’allocutions a été bouclée par M. Yéo Nahoua, Directeur de Cabinet du Plan et du développement qui, a rappelé que cet atelier de restitution des résultats de l’étude sur les classes moyennes, s’inscrit dans le cadre du mémorandum signé entre l’Etat de Côte d’Ivoire et l’AFD en date du 26 septembre 2016.

Selon lui, ce mémorandum a pour objet de mettre en place un partenariat visant à développer un programme de productions intellectuelles qui contribue à l’analyse et à la formulation des politiques publiques en Côte d’Ivoire, de sorte à comprendre les potentialités et les vulnérabilités du modèle de croissance ivoirien, ainsi que les leviers de la croissance et de la transformation structurelle.

« Traitant de la problématique de l’émergence des classes moyennes, cette étude est capitale pour comprendre et anticiper l’évolution du modèle de croissance ivoirienne, en particulier pour la réalisation de la vision du Président de la République, S.EM. Alassane Ouattara. Cette vision qui est de faire de la Côte d’Ivoire un pays émergent à l’horizon 2020 », a-t-il déclaré.

En effet, d’une étude réalisée par l’AFD, selon certains auteurs, d’ici 2030, près de 80% de la classe moyenne globale est susceptible de vivre en dehors des pays riches et principalement dans les pays émergents. Le cas de la Côte d’Ivoire présente une historicité de longue durée du processus de différenciation sociale voire d’émergence de catégories moyennes.

Depuis 2011, la Côte d’Ivoire connait un renouveau économique avec un rythme moyen du PIB de 8 à 9% par an par période. Dopée par des plans d’investissements ambitieux et un soutien retrouvé de la communauté internationale et des investisseurs internationaux, cette croissance contribue à booster le pouvoir d’achat et la consommation des ménages, ce qui peut préfigurer ou laisser penser à la reconstitution d’une classe moyenne.

A partir de l’analyse de la distribution des revenus des ménages ivoiriens en 2015, les gens du milieu (classe moyenne) en Côte d’Ivoire constituent une catégorie limitée de la population. La classe moyenne monétaire représente finalement une masse relativement limitée 26,4% de la population. En générale, les caractéristiques affichées par cette classe moyenne ivoirienne sont : 48,1% des chefs de ménage de cette catégorie est sans éducation ; si elle est majoritairement urbaine à près de 60%, seul 16% de cette classe moyenne est abidjanaise.

En outre, en ce qui concerne les implications pour les politiques publiques envers la classe moyenne ivoirienne, faut-il souligner de cette étude que, la notion de classe moyenne est peu présente. Elle apparait qu’une seule fois dans le plan national de développement (PND) 2016-2020.

Les résultats montrent que si certaines politiques publiques sont présentées explicitement comme ciblant les classes moyennes ivoiriennes, elles touchent en réalité que les catégories les plus aisées de la population et les strates hautes de la classe moyenne (politique de logement social par exemple). Les classes moyennes sont donc très peu engagées politiquement.

Notons que deux thématiques principales suivies d’échanges ont meublé le programme de cet atelier, à savoir, « Identification et caractérisation et implications des politiques publiques », présentée par Jean Philippe Berrou, Prof de sciences politiques à l’Université de Bordeaux. La deuxième de Mme Anne Bekelynck, Docteur en sociologie a porté sur une « Synthèse comparative de l’étude de restitution des résultats sur la classe moyenne ivoirienne avec le cas du Brésil, de la Turquie et du Vietnam».



D. A.
Commentaires


Comment