Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Coopération économique Sud-Sud: le ministre Gnamien Yao invite les pouvoirs publics et le secteur privé à s’approprier les textes fondamentaux
Publié le lundi 18 decembre 2017  |  IADS
Première
© Abidjan.net par P.R.​
Première conférence internationale sur la Coopération internationale pour le Développement
Samedi 16 decembre 2017. L`ex-ministre des PME et de l`Artisanat, par ailleurs, président de l`Institut africain de Développement et de Stratégie (IADS) Gnamien Yao a animé, la première conférence internationale sur la Coopération internationale pour le Développement sur le thème "De Bandung à Nairobi : Comment le Sud est redevenu le créancier du monde" .
Comment


En prélude aux préparatifs du quarantième anniversaire du Plan d’action de Bouenos Aires (un ensemble de mesures arrêtées en 1978) visant à promouvoir et mettre en œuvre des textes fondamentaux pris dans le cadre de la coopération technique entre pays en développement, l’Institut Africain de Développement de Stratégie (IADS), à travers son président, le ministre Gnamien Yao, interpelle les décideurs et le secteur privé. C’était le 16 décembre 2017, à l’occasion d’une conférence dont le thème est : «De Bandung à Nairobi: comment le Sud est redevenu le créancier du monde».

L’objectif de la conférence, selon le président de l’Institut Africain de Développement de Stratégie (IADS), Gnamien Yao, n’étant rien d’autre qu’une invite des décideurs, pouvoirs publics, membres de la société civile et secteur privé afin qu’ils s’approprient les textes qui caractérisent la coopération technique entre pays en développement. Mieux, ils doivent pouvoir les vulgariser afin d’avoir une position commune lors du prochain sommet.
Il s’agit, précise le président de l’IADS, «de populariser et vulgariser le PABA afin de permettre au grand public de se l’approprier de le considérer comme le premier grand document directif pour la coopération entre pays en développement qui suggérait de nouvelles approches en mettant l’accent sur l’autonomie nationale et collective des pays en développement ».

Pour atteindre cet objectif, l’IADS, selon toujours son président, promet d’organiser à l’an 2018 marquant le 40ème anniversaire du PABA, un cycle de formation à l’intention des acteurs concernés.
«Notre intention à l’IADS, en initiant le cycle de formation dans le cadre du grand rendez-vous du PABA-40 est de contribuer à juguler un certain nombre de critiques adressées aux délégations africaines qui prennent part aux grands fora mondiaux, à savoir mauvaise connaissances des questions débattues, incohérence dans les points de vue défendus, faible appropriation nationale des sujets de débats, faible appréciation de l’historique du sujet à l’ordre du jour, faible maitrise conceptuelle…. », relève le conférencier.
Appréciant la démarche de l’IADS, Luc Grégoire, Directeur-pays du PNUD, par ailleurs président de la conférence, a promis le soutien de son organise. Selon lui, la connaissance et la maîtrise des textes fondamentaux pris dans le cadre de la coopération technique entre pays en développement peut aider la Côte d’Ivoire dans son positionnement économique et diplomatique. Raison pour laquelle, il a salué l’esprit d’anticipation dont fait preuve l’IADS à travers son président.
Commentaires


Comment