Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Grèves, mutineries, politique, travail des enfants… Ce que le corps diplomatique a dit à Alassane Ouattara
Publié le samedi 6 janvier 2018  |  Jeune Afrique
Cérémonie
© Présidence par DR
Cérémonie de présentation des vœux du Nouvel An du Corps diplomatique au Président de la République
Jeudi 04 janvier 2018. Abidjan. Cérémonie de présentation des vœux du Nouvel An du Corps diplomatique au Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, au Palais de la Présidence. Photo: le Nonce apostolique Joseph Spiteri.
Comment


Langage diplomatique et franc-parler étaient au rendez-vous des échanges de vœux entre le président ivoirien Alassane Ouattara et le corps diplomatique représenté en Côte d’Ivoire, jeudi au palais de la présidence ivoirienne. Morceaux choisis de la déclaration de Mgr Joseph Spiteri, nonce apostolique, doyen du corps diplomatique.

Les diplomates accrédités en Côte d’Ivoire interprètent les remous sociaux comme une volonté des Ivoiriens de s’impliquer davantage dans la gestion des choses publiques : « Les revendications estudiantines, les grèves du monde de l’enseignement et de la Fonction publique, de même que les diverses mutineries qui se sont produites en 2017 devraient être interprétées, j’estime, comme l’expression d’un malaise, bien plus qu’un échec. Nous devrions voir au-delà de ces protestations, le désir d’une participation plus active dans la construction du pays. Elles témoignent que chaque composante de la société voudrait se sentir impliquée dans l’élaboration et la gestion du bien commun ».

Une « bonne gouvernance »
L’exhortation à la « bonne gouvernance » a été au cœur des vœux des diplomates. À deux reprises, cette expression a été prononcée par le nonce apostolique. « Monsieur le président, vous êtes convaincu que la Côte d’Ivoire, cette terre d’hospitalité, a besoin de personnes éveillées pour réaliser l’émergence. Pour ce faire, il faut, au premier chef, que les habitants se découvrent comme citoyens. »
... suite de l'article sur Jeune Afrique

Commentaires


Comment