Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Déclaration de la commission nationale des droits de l’homme de Côte d’Ivoire(CNDHCI) consécutive aux évènements survenus du 5 au 10 Janvier 2018 à Bouaké
Publié le samedi 13 janvier 2018  |  CNDHCI
Ouverture
© Abidjan.net par CK
Ouverture à Abidjan de l’Assemblée Générale Constitutive du réseau des Institutions Nationales des Droits de l’Homme des pays membres de l’UEMOA
Jeudi 06 Octobre 2016. Abidjan. Madame Aichatou Mindaoudou, représentante spéciale des Nations-Unies en Cote d`Ivoire a procédé à l`ouverture de L`Assemblée constitutive du réseau des institutions nationales des Droits de l`Homme de l`UEMOA en présence de Madame Namizata Sangaré, Présidente de la Commission nationale des Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire (CNDHCI) et plusieurs autres représentants d`autres pays. Photo: Namizata Sangaré, Présidente de la Commission nationale des Droits de l’Homme en Côte d’Ivoire (CNDHCI).
Comment


Du 5 au 10 janvier 2018, la ville de Bouaké a connu des troubles consécutifs à des affrontements entre des militaires du 3e Bataillon et les éléments du Centre de Coordination des Décisions Opérationnelles (CCDO). Cette situation a entrainé la mort d’un militaire, occasionné plusieurs blessés et Ie saccage du Siège du CCDO.

Le Gouvernement a envoyé des renforts sur place pour mettre fin aux affrontements et sécuriser les populations. Par ailleurs, une réunion du Conseil National de Sécurité s'est tenue Ie 11 Janvier 2018.

La CNDHCI note la récurrence de ces événements impliquant les forces de défense et de sécurité qui portent gravement atteinte aux Droite de l’Homme et mettent à mal les droits des populations à la paix, à la tranquillité et à la sécurité.

La CNDHCI regrette ces événements qui mettent en évidence une grave méconnaissance de la noble mission confiée aux membres des forces de défense et de sécurité et portent atteinte à l’honorabilité de cette institution.

La CNDHCI se félicite de la saisine du dossier par Ie procureur de la République près du Tribunal de Première Instance de Bouaké.

La CNDHCI appelle a une enquête diligente afin de situer les responsabilités et sanctionner les responsables.

La CNDHCI encourage les autorités 3 trouver une solution définitive à cette situation.

La CNDHCI, continuera de suivre l’évolution de la situation.


Fait à Abidjan, Le 12 Janvier 2018
Commentaires


Comment