Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Le groupe sahara étend son projet d’AUTONOMISATION de la jeune fille À la Côte d’Ivoire.
Publié le mardi 23 janvier 2018  |  SAHARA
Le
© Autre presse par DR
Le groupe Sahara étend son projet d’autonomisation de la jeune fille À la c’ôte d’ivoire
Comment


Dans le cadre de la dernière étape du projet « Grooming Film Extrapreneurs » (NDLR : Préparation des extrapreneurs dans le domaine du Cinéma) en Afrique de l’Ouest, initié par le Groupe Sahara et Zuriel Oduwole, trente (30) jeunes filles issues du Centre Sainte Thérèse de l’Enfant Jésus sis à Abidjan – Port-Bouet, ont entamé leur voyage dans le monde de la réalisation cinématographique.
Le projet a précédemment été exécuté au Ghana et au Nigeria où 60 (soixante) jeunes filles ont été formées aux techniques de base de la réalisation de film.
Pour le représentant du Groupe Sahara en Côte d’Ivoire, Olayemi Odutola, ce projet traduit l’engagement de son groupe à promouvoir la croissance économique et le développement durable dans le pays. « Le Groupe Sahara est toujours à la recherche de plates-formes visant à aider les individus et les communautés à réaliser leurs rêves. Nous espérons que ce programme suscitera l’avènement d’une ère nouvelle pour les jeunes filles en Afrique ».
Délivrant les mots de bienvenue aux participants, la Directrice du Centre, Sœur Christina Comen a dit « toute la joie du Centre à accueillir le Groupe Sahara et Zuriel » et a exprimé « toute sa gratitude au Groupe Sahara qui a bien voulu porter son choix sur notre Centre pour ce projet. Et d’ajouter : « ce projet donnera aux élèves l’opportunité d’acquérir de nouvelles capacités et aptitudes qui vont assurément donner un nouvel élan à leur formation en couture, coiffure, esthétique et pâtisserie ».
Le Représentant de la Fondation Sahara, Oluseyi Ojurongbe, a laissé entendre que les participantes seront accompagnées pour approfondir les compétences en réalisation de film, acquises au cours de cette session de formation supervisée par la Zuriel Oduwole, une jeune réalisatrice engagée dans le combat pour l’éducation de la jeune fille. « Ce projet est en phase avec notre passion à promouvoir la réalisation des objectifs du développement durable dans le monde entier, avec les objectifs 4 et 5 qui promeuvent de la qualité de l’éducation et l’égalité du genre », a insisté M. Ojurongbe.
Se servir d’une caméra a été une nouvelle expérience pour les participantes qui ont exprimé toute leur joie pour l’opportunité offerte de dire et partager leurs histoires avec un publique plus large par le truchement de la réalisation cinématographique.
Pour Konaté Makoya, 24 ans, le moment le plus marquant a été celui d’avoir tenu pour la première fois de sa vie une caméra. « Cette expérience changera certainement ma vie et j’espère que cela inspirera d’autres jeunes filles » a-t-elle dit.
TUO Marie-Ange, pour sa part, a expliqué avoir été particulièrement impressionnée par le volet de la formation ayant trait à la création et à l’édition de scénarios pour aboutir à un produit final qui serait apprécié par un grand nombre de personnes.
Quant à Kouamé Mariam, 25 ans, la participation de la célèbre actrice-réalisatrice-productrice ivoirienne Akissi Delta, a été le meilleur moment ! La créatrice du célèbre téléfilm ivoirien Ma Famille a encouragé les jeunes filles à accorder une importance particulière à leur formation et à la persévérance dans travail, et à poursuivre sans renoncement leurs rêves. « Ce fut enrichissant de connaitre toutes les difficultés qu’elle a traversées pour être aujourd’hui au sommet de son art. Beaucoup plus de jeunes filles devraient entendre ces histoires. Je peux dire sans l’ombre d’un doute que ce fut pour moi une expérience réjouissante au cours de laquelle j’ai beaucoup appris ».
Delta, qui a rehaussé la formation par sa présence remarquée, s’est dit toute ravie de l’opportunité qui lui a été offerte pour partager son expérience avec les bénéficiaires de ce programme. Elle a félicité le Groupe Sahara pour cette initiative qu’elle a décrite comme « le début d’un mouvement qui permettra aux jeunes filles ivoiriennes de relever le défi de la réalisation de leurs rêves »
Selon elle : « Si on leur donne l’occasion, les filles en Afrique deviendront des agents de transformation dans leur pays et dans le monde entier. Je suis très heureuse que le Groupe Sahara et la jeune réalisatrice Zuriel aient choisi un moyen qui permettra à nos filles de connaitre et de partager leurs histoires ainsi qu’à amorcer leur marche vers l’indépendance économique ».
Delta a affirmé que son expérience lui a appris que l’industrie cinématographique peut aider à guider la société vers le progrès et la prospérité. « Ces jeunes filles peuvent devenir les futures stars du cinéma ivoirien ou de la réalisation cinématographique. Derrière la réalisation de film, je veux en fait exhorter toutes les femmes à sérieusement donner de l’importance à leur éducation, et inviter le Gouvernement à mettre en place des politiques qui vont favorablement impacter l’éducation des jeunes filles ».
Les participantes, en collaboration avec des volontaires et Zuriel, auront l’occasion d’approfondir leurs connaissances et de produire des films-documentaires mettant l’accent sur les problèmes rencontrés par les jeunes filles, lesquels pourront être présentés lors d’évènements mondiaux.
Commentaires


Comment