Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Accidents de travail : la CNPS suspend les prestations de 7 cliniques et 10 médecins pour ’’prescriptions élevées’’
Publié le vendredi 26 janvier 2018  |  Abidjan.net
Accidents
© Abidjan.net par Serge T
Accidents de travail : la Caisse Nationale de Prévoyance Sociale suspend ses prestations de 7 cliniques et 10 médecins
Jeudi 25 Janvier 2018 Abidjan: SILUE Jacques directeur général adjoint de la CNPS a animé une conférence de presse pour décrier des pratiques anormales de certaines cliniques et médecins sur des travailleurs
Comment


«Ce ne sont pas encore des cas de fraudes », a dédramatisé Silué Gnénéry Jacques, Directeur général adjoint chargé de l’Administration et des finances de la Caisse nationale de prévoyance sociale (CNPS) face à la presse, ce jeudi 25 janvier 2018, au siège de la structure au Plateau. Mais l’analyse de la situation, selon lui, de 2 435 prescriptions sur la période du 28 novembre 2017 au 23 janvier 2018, mérite qu’on s’y attarde. C’est donc une mesure conservatoire à l’encontre de 7 cliniques et 10 médecins dont les prestations sur les accidentés de travail ont été suspendues pour ’’prescriptions élevées’’ afin de mener des enquêtes.

En effet, a expliqué M. Silué, plus de 84,68%, soit 2 062 prescriptions, proviennent de 7 cliniques sur un total de 26 cliniques intervenues sur la période sus-indiquée. Et ces 2 062 prescriptions sont le fait de 10 médecins sur un total de 49 qui sont intervenus. Parmi ces 10 médecins répertoriés, certains ont effectué plus de 129 consultations en une seule journée, là où la moyenne des consultations journalières en Côte d’Ivoire, a précisé le conférencier, est comprise entre 25 et 30 patients.

Au regard de ce qui précède, la Direction générale de la CNPS a décidé de mener des contrôles avec ses médecins-conseils en vue de comprendre ce qui se passe. « Nous devons faire des vérifications parce que les prescriptions dépassent la norme enregistrée au niveau de notre système de gestion », a insisté M. Silué. Il a souligné que les alertes mises en place par ce système de gestion permettent de faire des contrôles afin d’éviter des paiements induits.

Toutefois, a informé M. Silué, des démarches ont été entreprises à l’endroit des victimes bénéficiaires desdites prestations mises en cause afin qu’elles puissent justifier de leurs préjudices mais la CNPS a eu droit à un lever de bouclier. « Plutôt que de se soumettre à ce contrôle, nous avons constaté depuis le 15 janvier 2018, qu’un groupe d’accidentés de travail, a choisi de manifester dans nos agences particulièrement à l’agence de Yopougon », a fait savoir le Directeur général adjoint chargé de l’Administration et des finances.

Compte tenu de cette situation, la CNPS a décidé de la mise en contact dès lundi prochain de ses médecins-conseils avec les cliniques et médecins traitants dont les patients sont concernés par les contrôles. Ainsi que le maintien du contrôle physique de toutes les victimes relevant des 7 cliniques dont le niveau de prescription pose problème. Les 19 autres cliniques dont le niveau de prescription paraît cohérent pourront continuer d’exercer en toute quiétude.


D.Tagro
Commentaires


Comment