Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

RDR / Meeting de remobilisation et de sensibilisation à Koumassi : Le Ministre Bacongo livre un discours profond sur la vie de la nation
Publié le lundi 5 fevrier 2018  |  Partis Politiques
RDR
© Partis Politiques par DR
RDR / Meeting de remobilisation et de sensibilisation à Koumassi
Dimanche 4 février 2018. Le Ministre Cissé Bacongo a animé un meeting de remobilisation et de sensibilisation à Koumassi
Comment


La direction du Rassemblement Des Républicains (RDR) a entamé depuis la semaine dernière une tournée de mobilisation de sa base sur toute l’étendue du territoire national. L’objectif est de raviver la flamme militante des républicaines et républicains pour un RDR debout et plus conquérant pour les futures échéances. L’étape de Koumassi qui a eu pour cadre la mythique Place Inchallah, le dimanche 4 février 2018, a tenu toutes ses promesses. Non seulement par la qualité des intervenants, mais surtout par la profondeur de leurs discours. Mais celui dit par le Vice-Président du RDR chargé des Affaires Juridiques et Institutionnelles, et patron de la région politique de Koumassi et Marcory, le Ministre Cissé Bacongo est un discours profond sur la vie de la nation. Nous vous le livrons en intégralité.

Madame la Ministre, Secrétaire Générale du RDR
Mesdames et Messieurs
Chères militantes, chers militants du RDR et des autres partis membres du RHDP

Madame la Secrétaire Générale, vous allez situer le cadre de ce meeting, vous allez en définir les objectifs parce qu’il correspond à une action de votre programme d’activités mais vous allez me permettre avant de dire un mot du contexte dans lequel il intervient. Ce contexte est social, économique et politique.

C’est vrai que beaucoup de jeunes attendent un premier emploi ou d’en retrouver un nouveau.
C’est vrai que beaucoup attendent un retour sur les investissements consentis.
C’est vrai qu’au plan individuel, beaucoup d’attentes non satisfaites attendent de l’être.

Mais ici, beaucoup peuvent attester de l’amélioration de leurs conditions (emplois, marchés, financement pour commencer une activité). Une chose reste incontestable : en moins de 10 ans depuis la crise post électorale, une crise due à nos incompréhensions mutuelles, à nos manques de courage, à notre démission collective…

Une crise due au fait que nous (cadres, intellectuels, politiques et acteurs de la société civile) n’avons pas été à la hauteur.
Une crise qui n’aurait jamais dû arriver…
Si nous n’avions pas cessé de nous écouter, de nous regarder comme des frères et sœurs.
Si nous n’avions pas désappris les paroles de notre hymne national.
Si nous n’avions pas perdu les valeurs cristallisées dans les 3 mots de notre devise : UNION - DISCIPLINE – TRAVAIL.
Une crise dont nous devions garder la mémoire à chaque instant dans notre esprit.

Depuis donc cette crise, personne ne peut nier ou sérieusement contester que la Côte d’Ivoire est en train de redevenir ce qu’elle n’aurait jamais dû cesser d’être c’est à dire un havre de paix, un pôle attractif.

Je ne vais pas parler de la croissance parce que certains disent qu’elle ne se mange pas ! Peut être oui, peut être pas parce qu’il y aura toujours des gens satisfaits et d’autres pas. Parce qu’il y aura toujours des gens qui reconnaitront ce qui est fait et d’autres non.

Encore que tous les investissements qui sont effectués à travers les projets réalisés : je veux parler du barrage de Soubré, je veux parler du pont de Bettié, je veux parler du pont de Jacqueville, du pont de Bouaflé, de celui de Béoumi, de toutes ces voies qui sont bitumées ou rechargées, du CHU d’Angré, du Centre d’Oncologie logé au CHU de Cocody, etc. Tous ces investissements créent des emplois, procurent des revenus, améliorent les conditions de vie donc contribuent au développement de notre pays et des populations ivoiriennes.

Donc, je ne parlerai pas de la croissance mais de la vie, la vie qui a repris dans notre pays. La vie c’est à dire la joie, le bonheur de vivre, ce qui a toujours caractérisé les Ivoiriens même dans les pires cauchemars, l’envie de vivre, d’aller et de venir, les afterwork , les restaurants et les super marchés qui ne désemplissent pas et qui contribuent aux embouteillages, les investisseurs qui se bousculent depuis l’étranger et pour qui les compagnies aériennes sont obligées d’organiser 2 à 3 vols par jour désormais...

Je veux parler de la sécurité qui n’est sans doute pas à 100% parce qu’elle n’est nulle part à 100%, même dans les pays les mieux surveillés au monde, où une bombe se trouve toujours quelque part, prête à faucher des vies. Cette sécurité est assurée par la discrétion de celles et de ceux qui en ont la charge c’est à dire nos forces de sécurité et de défense, à qui je voudrais adresser ici nos félicitations mais aussi nos encouragements.

Je veux parler de la liberté d’aller et de venir, d’exprimer ses opinions y compris de façon outrageuse ou outrageante, de façon impertinente, aussi bien au plan individuel qu’au plan collectif.

Je veux parler de la démocratie, un avatar ou la forme la plus complète de la liberté, au-delà du fonctionnement des partis politiques et associations qui vaquent à leurs occupations, elle est devenue totale sur les réseaux sociaux par exemple où tout le monde donne, librement son point de vue sur tout et sur rien.

Je veux parler enfin de la réconciliation. Oui ! La réconciliation. Il ne faut pas être fébrile en parlant de réconciliation. Nous devons avoir la joie au cœur en parlant de réconciliation, il ne faut pas être crispé, car comme je l’ai dit, les crises que nous avons connues jusque là sont de notre fait et de notre faute, collectivement et individuellement,tous autant que nous sommes : militants des partis politiques de tous bords, membres d’associations de la société civile, intellectuels ou autres. C’est pourquoi nous devons nous donner la main, nous devons nous faire ATOUUU.

Je veux saluer le retour, grâce à la sollicitude du Président de la République, de Tirbuce Koffi, de Sidiki Bakaba avant eux de plusieurs autres dont Kadet Bertin, Maréchal KB, de tous nos frères et sœurs que la crise post électorale avait conduit vers le chemin de l’exil, de la même manière que la crise post électorale de 2000 avait conduit d’autres Ivoiriens en exil. Beaucoup reste à faire mais le Gouvernement est à la tâche. On veut saluer ici les Ministres Koné Marietou et Ally Coulibaly, respectivement Ministre de la solidarité et Ministre des Ivoiriens de l’extérieur, pour les actions qu’ils initient au quotidien au sein du Gouvernement.

A présent, que dire de ce slogan « Côte d’Ivoire is back » !!! La Côte d’Ivoire est de retour. Oui ! Qu’est ce qu’on peut en dire ? Parce que les faits parlent d’eux mêmes : l’élection de la CI au conseil de sécurité de l’ONU,le 2 juin 2017, comme membre non permanent pour parler de démocratie, de paix et de sécurité, l’organisation des jeux de la francophonie, la nomination de notre compatriote le Ministre Jean Claude Brou en tant que Président de la commission de la CEDEAO, la tenue avec quel maestria du sommet UA-UE, qui aura été un véritable feu d’artifices pour célébrer le retour de la Côte d’Ivoire sur l’échiquier international.

Ce tableau ou ce bilan que je viens de dresser de la situation du pays depuis un peu moins de 10 ans n’a été rendu possible que parce qu’il y a un large consensus des ivoiriens et des ivoiriennes autour du projet de société et du programme de Gouvernement proposés et mis en oeuvre par le Président de la République Alassane Ouattara et ses gouvernements successifs dont on veut saluer ici l’actuel 1er Ministre Amadou Gon Coulibaly et toute son équipe pour les résultats qu’ils ont déjà engrangés depuis qu’ils sont en place.

Ce large consensus s’appelle RHDP. Certains pensent que le RHDP est un marché de dupes, mais qui duperait qui dans ce marché, puisque tout le monde y gagne. D’autres pensent que le RHDP est un mariage de raison, ils n’ont pas forcément tort parce que chacun a conscience de ce que ce mariage a pu lui apporter mais également et surtout a pu apporter au pays tout entier. D’autres enfin pensent que c’est un mariage de cœur, je suis de ceux là parce que le RHDP est composé de frères et sœurs, de parents qui n’auraient jamais dû se quitter et qui se retrouvent. Le RHDP n’est donc rien d’autre qu’une famille qui se réconcilie avec elle-même. En définitive, tout le monde a raison, le RHDP est une nécessité pour la Côte d’Ivoire, j’ai failli dire comme le philosophe allemand Emmanuel Kant « un impératif catégorique ». Malgré les vents contraires, malgré les intempéries, malgré la bourrasque, nous devons tenir, nous devons sauver le RHDP.

Le RDR va assumer sa responsabilité dans cette œuvre de salut public. Le président d’honneur du parti, le Président Alassane Ouattara a déjà donné le ton lors du 3ème congrès ordinaire qu’il a approuvé en annonçant que le RDR s’engage ici et maintenant dans la création du parti unifié RHDP. Nous avons pris du retard dans la mise en œuvre du RHDP. Mais, il n’est jamais trop tard pour bien faire. En vue des prochaines élections municipales, régionales et sénatoriales de 2018,qui pointent à l’horizon, le temps nous est désormais compté, puisque nous devons aller à ces élections en parti unifié RHDP.

Dans cette perspective, le RDR a raison de se mettre en ordre de bataille pour être prêt mais aussi et surtout pour continuer à être un élément important du RHDP.

Je voudrais saisir, en terminant, l’occasion pour féliciter madame la Secrétaire Générale ainsi que toute son équipe (secrétaires généraux délégués, secrétaires généraux adjoints) parce qu’au lendemain de votre nomination, vous vous êtes mis à la tâche. Je voudrais vous féliciter et vous exprimer mes encouragements mais aussi mon soutien total et inconditionnel.

Enfin, je voudrais vous remercier vous tous ici présents : mesdames et messieurs les ministres, les directeurs généraux, les directeurs centraux, les députés, les élus locaux d’avoir accepté d’honorer de votre présence, que dis-je de rehausser de votre présence ce meeting qui pour nous à Koumassi est un départ nouveau, je ne dis pas un nouveau départ mais bien un départ nouveau. Il n’y a qu’un seul RDR, pas deux.

Chères militantes, chers militants de Koumassi, il n’y a qu’un seul RDR, pas deux. Le RDR est notre maison commune, nous devons l’embellir, l’entretenir et la renforcer. Nos palabres ne doivent pas aller au-delà de simples disputes familiales.

Chères militantes, chers militants du RJR, Chères militantes du RFR, vous avez été aux premières cordées de la lutte qu’il a fallu mener pour que nous soyons là où nous sommes aujourd’hui. Vous avez donné tout, jusqu’au sacrifice ultime. Je veux saluer ici la mémoire de :

Koné Brahima, décapité au niveau de Kahira
Siaba Bakary, foudroyé par une roquette
Dembélé Siaka, tombé une balle dans la tête
Touré Ladji,
Coulibaly Ibrahim, dit IB
Sidibé Ibrahim, dit Iblo
Traoré Adama, dit Scrable

Je veux saluer également le combat de toutes celles et tous ceux, les éclopés, les handicapés, qui sont désormais marqués dans leur chair et auxquels donnent un visage, notamment :

Vital Doumbia
Samassi Aboubakar et autres

Je voudrais vous faire la promesse que votre combat ne restera pas vain. Vous aurez un retour sur tous les investissements que vous avez consentis : matériels, psychologiques, professionnels, etc., à condition que nous restions mobilisés, soudés et que nous maintenions la flamme de la fraternité et de l’amitié qui nous a toujours portée.


Madame la secrétaire générale, c’est vous que nous sommes venus écouter et pas moi.
Chères militantes, chers militants,je voudrais vous inviter à présent à être attentif, afin de pouvoir transmettre fidèlement le message de la Secrétaire Générale à nos bases.
Vive le RDR pour que vive le RHDP
Que DIEU bénisse la Côte d’Ivoire
DIEU vous bénisse abondamment
Je vous remercie.



Politique : Tournée de sensibilisation du RDR à Koumassi
Publié le: 6/2/2018  |  RTI 1

Commentaires


Comment