Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Présentation de vœux au Ministère de l’Intégration Africaine : ‘’il nous faut faire beaucoup plus pour le rapatriement de nos compatriotes en 2018 et 2019’’ (le ministre Ally Coulibaly)
Publié le mercredi 7 fevrier 2018  |  Ministères
Présentation
© Ministères par DR
Présentation de vœux au Ministère de l’Intégration Africaine : ‘’il nous faut faire beaucoup plus pour le rapatriement de nos compatriotes en 2018 et 2019’’ (le ministre Ally Coulibaly)
La cérémonie de présentation de vœux de la grande famille du personnel et des membres du cabinet du Ministère de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur à leur patron, le ministre Ally Coulibaly, s’est déroulée dans l’après midi du vendredi 02 février, au 22ème étage de la Tour C au Plateau (Abidjan).
Comment


La cérémonie de présentation de vœux de la grande famille du personnel et des membres du cabinet du Ministère de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur à leur patron, le ministre Ally Coulibaly, s’est déroulée dans l’après midi du vendredi 02 février, au 22ème étage de la Tour C au Plateau (Abidjan).

Dans une ambiance détendue et fraternelle, le ministre de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur a tout d’abord félicité ses collaborateurs pour les performances réalisées au cours de l’année écoulée mais il les a surtout exhortés à redoubler d’ardeur, à faire encore plus pour relever les défis qui pointent à l’horizon.

Face à la situation de traite de migrants qui prévaut en Libye, les conditions désastreuses dans lesquelles vivent des enfants, des femmes et des jeunes gens dont le rêve de l’eldorado est devenu un véritable cauchemar, la réaction du Gouvernement a été prompte à travers l’action du Ministère de l’Intégration Africaine et des Ivoiriens de l’Extérieur, en partenariat avec l’OIM (Organisation internationale pour les migrations) appuyée financièrement par l’UE (Union Européenne).

Le ministre Ally Coulibaly a indiqué que son département avec le soutien du Président de la République, n’a ménagé aucun effort pour organiser le rapatriement de compatriotes ivoiriens ayant fait la demande de regagner leur pays. « Nous n’avions pas attendu le reportage de CNN qui a suscité tant d’émotions pour faire notre devoir, celui d’un Etat responsable, c’est-à-dire apporter secours à tous ces compatriotes où qu’ils se trouvent. C’est un devoir humanitaire et nous devrions être fier de l’avoir accompli », a-t-il déclaré.

Il a poursuivi en soutenant que beaucoup de pays ont du prendre exemple sur la Côte d’Ivoire qui est considérée aujourd’hui comme une référence en termes d’anticipation et de savoir-faire dans la gestion de la diaspora.

« Pour l’année 2018, nous avons la responsabilité de poursuivre l’action que nous avons entamée, le rapatriement par vagues de migrants vivant dans des centres de détention. Il y a plus de 5000 ivoiriens dans les 42 centres de détention qui ont été recensés en Libye », a confié le ministre Ally Coulibaly.

C’est un travail colossal qui s’impose pour le rapatriement des migrants ivoiriens en situation de détresse en Libye, au titre des années 2018 et 2019. L’année dernière au total 1357 migrants ont été rapatriés de la Libye.

En outre, l’autre versant, c’est-à-dire la migration régulière affiche un total de 1 240 000 ivoiriens qui sont disséminés à travers le monde et qui aimeraient contribuer au développement de leur pays. Selon le ministre Ally Coulibaly, un fonds africain pourrait garantir les emprunts des ivoiriens de l’extérieur.

« Nous pouvons déjà nous féliciter de ce qu’il existe quelque chose qui permettrait aux ivoiriens de l’extérieur qui veulent entreprendre de le faire aisément sans connaitre de difficulté en termes de moyen de financement », a-t-il indiqué.

Sans verser dans l’autosatisfaction, le ministre Ally Coulibaly s’est réjoui de tout ce travail abattu mais en a profité pour mobiliser ses troupes autour des défis de 2018 et 2018. Selon lui, beaucoup a été fait, mais il faut faire encore beaucoup plus.
Commentaires


Comment