Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Enseignement supérieur: Le Prof. Bakayoko-Ly présente la politique ivoirienne en faveur de la STI
Publié le mardi 13 fevrier 2018  |  Ministères
Egypte:
© Ministères par DR
Egypte: la Côte d`Ivoire participe au 3ème forum Africain sur la science, la technologie et l`innovation
Samedi 10 février 2018. La Côte d`ivoire a participé au Caire à la 3eme forum africain sur la science, la technologie et l`innovation
Comment


Le Troisième Forum Africain organisé par le gouvernement égyptien et la Banque Africaine de Développement (Bad) sur la Science, la Technologie et l’Innovation (STI) a eu lieu au Caire, du 10 au 12 février. À partir du thème général de cette importante rencontre scientifique: « La STI pour la compétitivité du secteur privé et la transformation économique de l’Afrique », des sessions plénières se sont tenues dont celle portant sur « Les leviers pour la Sti: politiques, financement et ressources humaines pour la STI », session à laquelle Mme le ministre, le Prof. Bakayoko-Ly Ramata a pris part.

Madame le ministre a relevé que la science et la technologie ont toujours été une priorité dans son pays et cela depuis l’indépendance avec le Président Houphouët-Boigny qui disait que l’avenir appartient à la science et à la technologie. Le Chef de l’État, SEM Alassane Ouattara, dans la même lancée, prône une recherche scientifique et technologique d’excellence au service du développement économique et social de la Côte d’Ivoire. De façon pratique, cela se matérialise par la mise au point par le Centre national de recherche agronomique (Cnra) de variétés améliorées de semences et des techniques agricoles innovantes qui contribuent à accroître la production et la qualité des cultures d’exportation (Café, cacao, anacarde, coton, palmier à huile) et des cultures vivrières. Ces acquis de la recherche agronomique ont permis à la Côte d’Ivoire d’occuper, au niveau mondial, le premier rang pour le cacao et l’anacarde, le troisième rang pour le café et au niveau africain, le premier rang pour le palmier à huile et l’hévéa.

Concernant le financement des Sti, le budget de l’État a permis de doter la Côte d’Ivoire d’infrastructures de recherche de pointe à l’exemple de l’Institut Pasteur de Côte d’Ivoire (Ipci) avec une Biobanque et la mise en place d’une unité de production des intrants de laboratoires avec l’appui de l’Oms ; de l’installation au Pôle scientifique et d’innovation de l’université Félix Houphouët-Boigny d’une unité de recherche de production de biopesticides à base de plantes, alternative aux pesticides chimiques en contribuant à la lutte durable contre les parasites et les ravageurs des cultures pour améliorer la production tout en n’hypothéquant ni la santé ni l’environnement et d’un Supercalculateur pour la simulation numérique. Le Fonds d’appui à la recherche et à l’innovation (Fonari), quant à lui, finance les projets de recherche à fort potentialité de valorisation économique et sociale.

Pour ce qui est des ressources humaines en Sti, le programme de développement des universités met l’accent sur les filières scientifiques. L’augmentation du nombre d’étudiants orientés en sciences et technologies ainsi qu’un recrutement plus accru des enseignants dans le domaine participent également de cette politique de formation de ressources humaines de qualité dans le domaine des Sti.

Pour conclure, Madame le ministre a invité ses pairs à s’approprier l’Appel d’Abidjan, lancé en marge du Sommet UA-UE par les Académiciens, les Responsables des Universités et Centres de recherche africains à l’endroit des politiques et des décideurs en vue de la mise en place d’un Conseil africain de la Recherche.

Soulignons qu’à ce panel sur les leviers de la Sti ont participé les Profs Khaled Abdel Ghaffar et Mary Teuw Niane, respectivement ministres de l’Enseignement supérieur et de la Recherche scientifique d’Égypte et du Sénégal, le Dr Diane Parker, Directrice générale de l’Enseignement universitaire et de la Formation d’Afrique du Sud, et M. Shem Bodo, Secrétaire Exécutif par intérim de l’Association pour le Développement de l’Éducation en Afrique.
Commentaires


Comment