Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Société
Article
Société

Atelier de renforcement des capacités des OPA de la filière anacarde : le Dr Adama Coulibaly insiste sur la qualité des noix de Cajou ‘’made in côte d’Ivoire’
Publié le mardi 20 fevrier 2018  |  Abidjan.net
Atelier
© Autre presse par Conseil Coton-Anacarde
Atelier de renforcement des capacités de 100 OPA de la Filière Anacarde
Un Atelier de renforcement de capacités de 100 Organisations Professionnelles Agricoles dans la filière anacarde a eu lieu du 11 au 18 février 2018 à Yamoussoukro.
Comment


L’Atelier sur le renforcement des capacités de 100 Organisations Professionnelles Agricoles (OPA) de la filière anacarde au contrôle qualité et à l’utilisation de l’outil informatique, qui a eu lieu du 11 au 18 février 2018, a servi de cadre au Directeur général du Conseil Coton Anacarde, le Dr Adama Coulibaly pour sensibiliser les acteurs de la filière sur la qualité de la noix de cajou ‘’made in Côte d’Ivoire’’.

Le Dr Adama Coulibaly a rappelé la mise en place d’une plateforme qualité ainsi que l’adoption en janvier 2017 d’un Plan stratégique nationale de préservation et d’amélioration de la qualité des noix brutes de cajou. ‘’Il s’agissait surtout pour l’ensemble des partenaires de coordonner leurs efforts et leurs énergies afin d’assurer de façon durable, le développement de la filière en terme de quantité et de qualité des noix de Cajou’’, a expliqué le Directeur général du Conseil coton-Anacarde.

Revenant sur l’opportunité du présent Atelier, le Dr Adama Coulibaly a indiqué que l’organisation de cet Atelier au lendemain de l’ouverture de la campagne anacarde 2018, est la concrétisation de la volonté du Conseil coton-Anacarde et de ses partenaires techniques et financiers, d’accompagner tous les acteurs, dans la démarche qualité, ‘’gage d’une meilleure garantie pour un label ivoire de qualité’’. Poursuivant, le Directeur général du Conseil a affirmé que ‘’la qualité a certes un coût, mais, au-dela de ce coût, elle a aussi et surtout une valeur et un prix sur le marché international’’.

Cet Atelier organisé par le Conseil du Coton et de l’Anacarde, en collaboration avec la Direction des Organisations Professionnelles Agricoles (DOPA) et le Projet d’Appui au Secteur Agricole (PSAC), a permis au consultant venu de l’étranger de Proposer un plan de formation des OPA sur le contrôle qualité et la gestion informatique - Produire un rapport de formation - Réaliser le suivi post formation des OPA formées – Et Définir la méthode d‘évaluation finale. Deux participants par OPA seront formés durant cette session de formation. L’un (magasinier) en contrôle qualité et l’autre (gérant ou comptable) en gestion informatique.

Au terme de cet Atelier, le Conseil du Coton-Anacarde a offert aux OPA, 100 ordinateurs, 100 imprimantes et 100 kits de contrôle qualité.

Pour remédier aux dysfonctionnements constatés dans la filière anacarde et consolider les acquis de la chaîne de valeur, le Gouvernement ivoirien a engagé en 2013, la réforme de la filière anacarde. Au niveau opérationnel, la réforme est basée sur six axes stratégiques dont celui relatif à l’organisation des acteurs de la filière en général et celle des producteurs en particulier.

L’objectif principal de cet axe stratégique est la mise en place, d’une interprofession crédible et représentative de l’ensemble des acteurs de la filière, conformément aux dispositions de l’ordonnance n°2011-473 du 21 décembre 2011, relative aux Organisations Interprofessionnelles Agricoles. C’est dans cette perspective que le Conseil du Coton et de l’Anacarde, la Direction des Organisations Professionnelles Agricoles (DOPA) et les acteurs institutionnels et opérationnels représentant les différents maillons de la chaîne de valeur ont validé une feuille de route du processus de mise en place de l’Organisation Interprofessionnelle Agricole (OIA) de la filière anacarde.

Cette feuille de route présente les principales étapes du processus dont l’identification des producteurs et de leurs OPA, afin de déboucher sur la constitution d’une OIA consensuelle et crédible au sein de la filière anacarde. En adoptant cette démarche, Le Conseil du Coton et de l’Anacarde a ainsi opté pour un processus largement participatif, privilégiant l’information et la sensibilisation des acteurs concernés pour une réelle appropriation des textes en vigueur.

La culture de l’anacarde a connu un développement spectaculaire avec une production nationale de noix brutes de cajou qui est passée de 19 000 tonnes en 1990 à plus de 700 000 tonnes en 2015. Cette production est assurée par plus de 250 000 producteurs dans l’ensemble des 19 Régions de production de l’anacarde. On y dénombre aussi 358 sociétés coopératives identifiées et 2200 comités villageois installés.

Elisée B.
Commentaires


Comment