Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Transport interurbain- Hausse du tarif entre Bouaké et Abidjan, UTB, « Nous avons des raisons objectives »

Publié le lundi 26 fevrier 2018  |  Pôle Afrique
Des
© Autre presse par DR
Des cars de la société de transport UTB
Comment


Les usagers de l’axe Bouaké-Abidjan vont fournir un effort financier de 1000 F CFA pour maintenant rallier ces deux villes à bord des cars des compagnies UTB, AVS, CTE et Malex Transport, qui se sont accordé sur le tarif uniforme de 6000 F CFA là où l’on payait auparavant 5000 FCFA.

« En pleine crise, nous étions à 8000 F, pour ensuite dégringoler à 7000F puis 5000 F du fait de la concurrence. Mais, l’Etat a fixé le prix du kilomètre à 20F, il n’y a qu’à faire un simple calcul pour se retrouver à 7000 F. Mais, face aux difficultés de la population, nous avons opté pour un réajustement graduel sinon nous monterons au tarif que nous permet l’Etat c’est-à-dire 7000 F », justifie un haut responsable, sous anonymat, de la compagnie UTB, chère à Kouamé Konan N’sikan, joint par téléphone par PôleAfrique.info ce matin.

Poursuivant son explication il indique que « 60% du parc automobile est au quotidien immobilisé à cause de l’état des routes, de San Pédro à Yamoussoukro en passant par Bouaké, Gagnoa, Daloa » justifie-t-il, prêt pour des échanges en live sur PôleAfrique.info pour mieux informer les usagers.

A Abidjan, les transporteurs payent une taxe de stationnement au District d’Abidjan sans qu’on ne voir d’aire de stationnement en cas de panne des véhicules. Autre complainte des transporteurs, le doublon taxe municipale payée aux mairies et cette taxe de stationnement qui ne s’explique pas pour les mêmes structures étatiques.

En dépit de ces extorsions de fonds par les pouvoirs publics, un espace comme celui de la gare routière Gbêba est insalubre, la mairie d’Adjamé attendant un plan Marshall Ouattara pour créer les conditions adéquates en ce lieu insalubre. Pis, il est privatisé, des jeunes voyous prélevant 100 F pour disent-ils ne pas agresser donc pour la sécurité du site. Ils disent rendre compte à des syndicalistes.
... suite de l'article sur Pôle Afrique

Commentaires


Comment