Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Afrique
Article
Afrique

Burkina Faso : Le procès du putsch manqué de 2015 suspendu après le retrait de la défense

Publié le mercredi 28 fevrier 2018  |  Regionale info
Burkina
© Autre presse par DR
Burkina : le général Gilbert Diendéré proclamé président du Conseil national de la démocratie
Comment


Le procès du putsch manqué du 16 septembre 2015, au Burkina Faso, s’est ouvert hier 27 février 2018, dans la Salle des banquets de Ouaga 2000. Il a aussitôt été suspendu pour « illégalité du tribunal » et reporté à la mi-mars.

Le procès avait été ouvert mardi dans la matinée, puis suspendu dans l’après-midi après le retrait de tous les avocats de la défense qui contestaient la légalité du tribunal militaire. 66 militaires et 18 civils sont accusés de trahison, d’attentat à la sûreté de l’État, de coups et blessures volontaires et de meurtres. Parmi eux figurent les généraux Gilbert Diendéré et Djibrill Bassolé, cerveaux présumés du coup d’État manqué qui a fait 14 morts et 270 blessés.

Michel Traoré, avocat de l’ancien chef d’état-major Boureima Kéré a expliqué que leur retrait est dû à l’illégalité de la juridiction. « Nous nous retirons parce que la juridiction devant juger cette affaire n’est pas légale. Nous récusons les membres qui la composent », a-t-il révélé.

Le décret de nomination des juges devant siéger à ce tribunal a été publié le 22 février. Les avocats de la défense montrent que ce décret n’est pas encore entré en vigueur, car selon la loi, un décret ne peut entrer en vigueur que huit jours après sa publication au Journal officiel du Faso. L’ensemble des avocats de défense a donc décidé de quitter la salle d’audience.

... suite de l'article sur Autre presse

Commentaires


Comment