Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Économie
Article
Économie

Côte d’Ivoire/ les acteurs de la filière anacarde exhortés à respecter les textes en vigueur
Publié le vendredi 9 mars 2018  |  AIP
Comment


Tanda - Les acteurs de la filière anacarde de Tanda ont été appelés par le préfet du département, Andjou koua, au respect des textes en vigueur pour le bien-être et le devenir de la noix de cajou aussi bien pour la Côte d'Ivoire, que pour eux-mêmes, mercredi, à la salle de délibérations de la mairie.

« Nous devons faire en sorte que la noix de cajou soit vendu ici en Côte d'Ivoire tout en respectant le prix plancher fixé par le gouvernement pour la campagne de commercialisation 2017-2018, à 500 francs CFA le kilogramme», a-t-il indiqué, non sans oublier de féliciter les producteurs grâce à qui le pays occupe la première place mondiale.

S'appuyant sur le rang qu'occupe la Côte d'Ivoire sur l'échiquier international, il a, en outre, exhorté les producteurs à produire plus et à mettre l'accent sur la qualité de ce produit qui a fini par devenir pour la région ce qu'est le binôme café -cacao pour les régions du sud et du sud-ouest.

Pour le délégué régional de la filière coton- anacarde, si le pays a atteint un tel niveau, c'est parce que depuis 2014, le gouvernement a mis sur pied un conseil pour non seulement structurer la filière, mais aussi permettre aux producteurs de bénéficier du fruit de leur labeur. Depuis lors chaque année, un prix plancher est fixé suivi de textes à respecter pour quiconque veut s'adonner à la commercialisation de ce produit.

Toutefois, il est très souvent déploré la sortie illicite de la noix de cajou par voies terrestres vers le Ghana pays voisin. Pour mettre fin à ce trafic qui n'honore ni le producteur sérieux, ni la Côte d'Ivoire, le préfet de Tanda a décidé de réactiver le comité de veille dont il est le président et d'interdire tout véhicule de transport de noix de cajou de sortir de la ville à partir de 18 heures.

Les producteurs présents ont quant à eux demandé à ce qu'il y ait une hausse des prix.

Premier mondial avec une production de plus de 711.000 tonnes pour la campagne précédente et, 22% de la production mondiale, la Côte d'Ivoire entend atteindre cette année les quelque 750.000 tonnes.

(AIP)
si/kmc/fmo
Commentaires


Comment