Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Sport
Article
Sport

CAN 2021/ Infrastructures sportives : les entreprises qui vont réaliser les travaux dévoilés
Publié le samedi 10 mars 2018  |  Ministères
CAN
© Ministères par DR
CAN 2021/ Infrastructures sportives : les entreprises qui vont réaliser les travaux dévoilés
Mardi 06 mars 2018. Après le groupement français SOGEA- SATOM, à avoir décroché son permis pour les travaux de construction des infrastructures sportives pour la CAN 2021 dans notre pays, le jeudi 01 mars dernier, c’est au tour de la portugaise Mota Engil et des chinoises China National Building Material (CNBM) et China Civil Engeeniring Construction Corporation Côte d’Ivoire (CCECC) de lui emboîter le pas.
Comment


Après le groupement français SOGEA- SATOM, à avoir décroché son permis pour les travaux de construction des infrastructures sportives pour la CAN 2021 dans notre pays, le jeudi 01 mars dernier, c’est au tour de la portugaise Mota Engil et des chinoises China National Building Material (CNBM) et China Civil Engeeniring Construction Corporation Côte d’Ivoire (CCECC) de lui emboîter le pas. La cérémonie de Signature de convention de marché a eu lieu en fin de matinée, ce mardi 06 mars dans la salle de conférence du Cabinet en présence du Ministre des Sports et des Loisirs, François Albert Amichia.

Elles sont trois entreprises, CNBM, CCECC et Motal Engil à rejoindre SOGEA- SATOM dans le cadre du programme de construction des infrastructures dont la Côte d’Ivoire doit absolument se doter pour respecter le cahier de charges de la Confédération Africaine de Football (CAN) pour l’organisation de la CAN 2021.

Leurs noms ont été dévoilées par le Président de la Commission spéciale d’Ouverture des Plis et de Jugement des Offres (COJO), M Moumouni Sylla par ailleurs Directeur de Cabinet du Ministre des Sports et des Loisirs. Au départ 57 à avoir déposé des dossiers, elles n’étaient plus que 16 au final. En jeu, les lots n° 1, 2, 3 et 4. Le 4ème lot concernant Yamoussoukro ayant déjà été remporté par SOGEA- SATOM.

Selon le patron du COJO, ces sociétés se sont distinguées par la qualité de leurs dossiers de même que grâce aux sacrifices et efforts financiers consentis par les unes et par les autres pour respecter le budget dévolu par l’Etat à ces ouvrages. Mais pour que cela soit effectif, il fallait respecter une règle des codes des marchés publics qui dit que tout choix doit être obligatoirement entériné par la signature d’une convention de marché. D’où la cérémonie de ce jour.

Ainsi, le premier lot a été attribué à Motal Engil, une des plus grandes entreprises de BTP(Bâtiment, Travaux Publics) au Portugal qui devra réhabiliter le stade de Bouaké et augmenter sa capacité de 25 mille aujourd’hui à 40 mille places, construire une cité cadre et construire des terrains d’entraînements aussi bien à Bouaké qu’à Abidjan. Le second lot qui a été octroyé à la China National Building Material –elle fait partie des 500 plus grandes entreprises dans le monde- est celui de Korhogo où, elle est chargée de construire un stade de 20 mille places, un hôtel, une cité cadre et des terrains d’entraînements. Enfin, le troisième lot est l’affaire de China Civil Engineering Construction Corporation Côte d’Ivoire dont le chiffre d’affaires est de deux milliards de dollars et compte 42 ans de présence en Afrique. Elle aura pour tâche de bâtir un stade de 20 mille places, une cité cadre pour les différentes délégations et des terrains d’entraînement dans la ville portuaire de San-Pedro.

Il convient de préciser que ces différents groupes étaient représentés par leurs responsables respectifs : Shi Yongsheng (CCECC), Bruno Tome (Motal Engil) et Zhao Yanmin (CNBM).

Le Ministre des Sports et des Loisirs, a quant à lui salué le travail accompli par la Commission spéciale d’Ouverture des Plis et de Jugement des Offres, qui n’a pas été de tout repos et félicité les grandes entreprises qui ont été retenues « après un travail minutieux ». Leur participation à l’appel d’offres lancé par le Gouvernement le 8 août 2017, « montre la confiance et l’intérêt qu’elles portent à la Côte d’Ivoire ».

Pour lui, l’organisation de « la CAN 2021 est gros chantier pour la Côte d’Ivoire » car en lieu et place de huit équipes comme lors de CI 84 où la Côte d’ivoire avait dû remplacer au pied levé le Malawi qui s’était désisté, aujourd’hui, ce sont désormais 24 équipes qui viennent avec « leurs exigences, leurs besoins, leurs habitudes » et la CAF avec un cahier de charges bien précis.

« Les attentes du Président de la République SE. Alassane Ouattara et du peuple ivoirien sont donc grandes. Quand la Côte d’Ivoire s’engage quelque part, elle veut être la meilleure, quand la Côte d’Ivoire s’engage dans un évènement quelconque, elle veut la réussir à l’instar des VIIIèmes Jeux de la Francophonie et du Sommet Union Africaine-Union Européenne. La Côte d’Ivoire veut réussir sa CAN » a-t- il insisté.

Et, cela passe nécessairement par la qualité des infrastructures mais aussi par le respect des délais impartis pour qu’en « décembre 2020 tout soit prêt conformément au cahier de charges de la CAF et éviter ainsi de se mette la pression pour les achever ». C’est pourquoi, « nous comptons sur l’expertise et l’expérience de chacune de vous, convaincu que la qualité des liens qui unissent nos pays respectifs sera le reflet de la qualité des travaux des œuvres qui nous seront livrées ».

Ces chantiers devront être également pourvoyeuses d’emplois pour les jeunes Ivoiriens. Combat que n’a de cesse de mener le Gouvernement ivoirien qui a fait de l’emploi des jeunes une de ses priorités. De surcroît, cela leur permettra de se frotter à des professionnels, d’approfondir leurs expériences et autres compétences, d’acquérir d’autres connaissances et de parfaire leur savoir. « Sur vos chantiers, vous devez mettre l’accent sur la main d’œuvre-œuvre locale pour qu’à la fin, il y ait effectivement transfert de compétences. C’est aussi cela le sens de la coopération : donner et recevoir » a- t-il plaidé puis, il les a exhortés à « créer les conditions pour que nos compétitions se déroulent dans des infrastructures qui reflètent l’image de la Côte d’Ivoire et pour que nous soyons championne ».

Commentaires


Comment