Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Art et Culture

L’oralité à l’écrit / Conter les soirs d’Afrique Une collection pour la pérennisation des contes et conteurs
Publié le lundi 12 mars 2018  |  L'Héritage
Comment


A travers la sortie de ses quatre premiers recueils, Les Classiques Ivoiriens ont présenté, au cours du 77e café littéraire, le jeudi 08 Février 2018 à 11H au foyer polyvalent du Collège Moderne Charles Koffi Diby et dans l’après-midi au Lycée Moderne 1 et 2 de Bouaflé, leurs nouvelles collections dédiées à la culture orale baptisée «Conter les soirs d’Afrique». Dirigée par l’homme de Lettres et conteur Koffi Koffi, cette collection a pour ambition, selon l’enseignant, de «recueillir, retranscrire afin de sauvegarder et valoriser la richesse de nos traditions orales à travers ces contes qui tendent à disparaître quand leurs détenteurs meurent». Initiateur du festival Ahoko Kouah’in N’gwa de Kringambo à Bouaflé, Koffi Koffi Didier, responsable de l’Association Point de lecture, puise dans les répertoires qui circulent à ce rendez-vous du conte et de l’oralité pour nourrir la conscience. « Akissi Kaako, le bout de femme plus qu’homme’» et «Zéglémétou, on ne mangeait pas deux fois», ses contes à lui avec «Takou Ballon, les requins en veulent toujours aux hommes» du célèbre conteur de la RTI dans Mensonge du soir, Alexis Djisso et «Doumoya, la concurrence des êtres humains et des génies » de Zou Michel, sont les quatre premiers récits édités de la collection Conter les soirs d’Afrique. M. François d’Assise N’da, auteur de l’œuvre « l’Enfant soldat » et M. Jacob Gnanmkey écrivain auteur de la petite « Mangue Rebelle » ont enchanté les élèves des établissements. Des récits qui, à travers certaines onomatopées et chahuts ambiants retranscrits qui agrémentent leur lecture, insistent sur la nécessité de garder l’atmosphère traditionnellement vivante et chaleureuse autour du bois de chauffe. Comme le conteur Zou Michel, Gala Bi Youzan à l’état civil, un illettré mais détenteur d’un répertoire exceptionnel de récits, l’ambition rêvée de cette collection, mentionne Koffi Koffi, est de recueillir la quintessence des récits de ces fantastiques jeunes et vieux conteurs anonymes qui peuplent nos villages et hameaux. Un objectif qui malheureusement se heurte à la dure réalité de l’absence de soutiens et des décideurs étatiques et régionaux ; un frein donc à ce projet ambitieux qui engage l’avenir culturel et folklorique de notre pays. A cela ne tienne, Koffi Koffi et ses partenaires les Classiques Ivoiriens, Editions Eburnie et l’Institut Français publieront au fur et à mesure les contes dont ils se saisiront aux occasions. Quatre autres livres sont annoncés très prochainement. A la fin de son intervention, il a offert des cartons d’ouvrages à la bibliothèque du collège Charles Koffi Diby.

Y.K (Correspondant Régional)
Commentaires


Comment