Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment
Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire – Bonaventure Kalou, le footballeur qui se lance en politique
Publié le mercredi 14 mars 2018  |  Jeune Afrique
Gala
© Abidjan.net par Marc Innocent
Gala de la fondation Kalou: le comité d`organistion annonce les couleurs
Lundi 15 Juin 2015. Abidjan. En prélude au Gala de bienfaisance organisé par la Fondation Kalou, le comité d`organisation était face à la presse pour annoncer les couleurs de l`évènement. Photo: Bonaventure Kalou
Comment


A 40 ans, Bonaventure Kalou, l’ancien international ivoirien (52 sélections) a décidé de se porter candidat aux prochaines élections municipales à Vavoua, où son père avait été candidat PDCI. L’ex-milieu de terrain formé à l’ASEC-Abidjan et passé notamment par le Feyenoord Rotterdam, Auxerre et le PSG explique à Jeune Afrique les raisons de cet engagement.

Bonaventure Kalou a-t-il succombé au syndrome George Weah ? L’ancien international ivoirien, qui cumule tout de même 52 sélections, a décidé de se lancer en politique. Et pour ses premiers pas dans l’arène, il a décidé de se porter candidat à la mairie de Vavoua, ville de naissance de son père, qui fut le candidat du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Lui se présente en tant qu’« indépendant ».

Jeune Afrique : Vous avez décidé de vous présenter aux élections municipales de juillet prochain. Pourquoi vous lancer dans ce projet ?

Bonaventure Kalou : J’ai pris ma décision il y a un an, lors des obsèques de mon père. Je n’avais rien annoncé jusqu’à ces derniers jours. Moi, je suis né à Oumé, où mon père, enseignant, a fait toute sa carrière. Mais il était né à Vavoua, comme ma mère. Mon père, lors des dernières municipales, était sur la liste du candidat du Parti démocratique de Côte d’Ivoire (PDCI). Et il était prévu qu’il soit tête de liste lors de celles de cette année.

Ma candidature est pour moi une occasion d’honorer la mémoire de mon père, mais pas seulement : lors des obsèques, j’ai pu constater l’état de délabrement de la ville.
... suite de l'article sur Jeune Afrique

Commentaires


Comment