Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Sénatoriales ivoiriennes : les journalistes appelés à se garder des "écrits haineux"

Publié le jeudi 15 mars 2018  |  APA
Sénatoriales
© APA par Saliou AMAH
Sénatoriales ivoiriennes : les journalistes appelés à se garder des "écrits haineux"
Jeudi 15 mars 2018. Abidjan. Le Président du Conseil national de la presse (CNP), Raphaël Lakpé a appelé les journalistes à se ‘’garder des écrits haineux’’ lors du processus qui doit conduire aux premières élections sénatoriales ivoiriennes fixées au 24 mars prochain.


Abidjan (Côte d’Ivoire) - Le Président du Conseil national de la presse (CNP), Raphaël Lakpé a appelé, jeudi, à Abidjan les journalistes à se ‘’garder des écrits haineux’’ lors du processus qui doit conduire aux premières élections sénatoriales ivoiriennes fixées au 24 mars prochain.

M. Lakpé a lancé cet appel lors d’un panel sur le mode opératoire des élections sénatoriales ivoiriennes et sur la couverture médiatique initié par le CNP, l’organe officiel de régulation de la presse écrite en Côte d’Ivoire.

« La première des choses que nous voulons demander aux professionnels de la presse, c’est qu’ils s’impliquent sérieusement dans la couverture des activités électorales et notamment dans celle de la campagne », a recommandé M. Lakpé appelant avec insistance les journalistes à « éviter de publier des écrits qui incitent à la haine et à la violence sous toutes ses formes».

Au cours de cette rencontre, la Commission électorale indépendante (CEI), institution chargée de l’organisation des élections, a instruit les journalistes sur le mode opératoire dudit scrutin.

« S’agissant du mode opératoire de ces élections, il y a d’abord le collège électoral qui est constitué d’élus locaux. Nous avons 33 circonscriptions électorales représentées par deux sénateurs qui seront élus au scrutin universel indirect», a expliqué la porte-parole de la CEI, Me Alley Amlan Victoire soulignant que « c’est un scrutin de liste majoritaire bloqué à un tour. Le scrutin a lieu sans panachage ni vote préférentiel».

En cas d’égalité de voix entre les candidats à trois reprises de l’élection, a poursuivi Me Alley, « la liste comprenant le plus âgé est désignée vainqueur », a-t-elle poursuivi.

Par ailleurs, la porte-parole de la CEI a longuement expliqué le processus de ces élections partant de la publication de la liste des candidats retenues à la proclamation des résultats en passant par les opérations de vote.

« 58 listes dont 25 listes indépendantes et 33 listes RHDP (coalition au pouvoir) ont été provisoirement retenues par la CEI», a-t-elle fait savoir. Interrogée dans la foulée par un journaliste quant à son commentaire sur la grogne de l’opposition ivoirienne contre la CEI dont elle exige la recomposition, Me Alley a soutenu que « si on nous conteste, ça peut nous préoccuper juridiquement. Mais nous, ce qui nous préoccupe en ce moment, ce sont les élections. Le reste, ça reste des débats ».

Les premières élections sénatoriales ivoiriennes sont fixées au 24 mars prochain dans 33 lieux de vote et 35 bureaux de votes. La campagne électorale de ces élections se tiendra du19 au 22 mars prochain. Lors de ce scrutin, 66 personnalités seront élues par les grands électeurs (députés, maires, conseillers municipaux et régionaux...) et 33 autres seront nommées par le président ivoirien Alassane Ouattara pour former le sénat.

Le sénat consacré par la constitution de la troisième république ivoirienne adoptée en novembre 2016 constituera la deuxième chambre du parlement ivoirien. Il est la représentation des élus locaux et des ivoiriens établis à l’extérieur du pays.

LB/ls
Commentaires


Comment