Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Korhogo / Célébration de la 8e Edition de la journée internationale de la femme: des femmes expriment leur autonomisation retrouvée grâce au médicament traditionnel " Attoté"

Publié le jeudi 15 mars 2018  |  Abidjan.net
Korhogo
© Autre presse par DR
Korhogo / Célébration de la 8e Edition de la journée internationale de la femme: des femmes expriment leur autonomisation retrouvée grâce au médicament traditionnel " Attoté"
Les femmes de Korhogo, dans le Nord de la Côte d’Ivoire, exprimant leur autonomie grâce au médicament "Attoté" et exerçant par le passé dans l’informel notamment le petit commerce notamment la vente de légumes, la production du maraîcher dans cette localité, ont participé activement à la 8e édition de la journée internationale de la femme. C`était le 08 mars 2018 dernier à l’occasion de la célébration de la 8e édition de la journée internationale de la femme dans la capitale de la région du Poro.


Les femmes de Korhogo, dans le Nord de la Côte d’Ivoire, exprimant leur autonomie grâce au médicament "Attoté" et exerçant par le passé dans l’informel notamment le petit commerce notamment la vente de légumes, la production du maraîcher dans cette localité, ont participé activement à la 8e édition de la journée internationale de la femme. C’était le 08 mars 2018 dernier à l’occasion de la célébration de la 8e édition de la journée internationale de la femme dans la capitale de la région du Poro.



Ce fut l’opportunité pour elles d’exprimer leur satisfaction et reconnaissance pour la journée qui leur ait dédié meublée de défilé des associations féminines et de dépistage de rein relatif à l’insuffisance rénale. Après ces activités, les braves femmes et jeunes filles exerçant dans la production et la commercialisation du médicament tradition moderne "Attoté", n’ont pas caché leur satisfaction pour avoir retrouvé leur autonomisation financière grâce au fondateur et tradi-praticien Ouattara Djakaridja dit "Attoté". Elles l’ont dit haut et fort par la voix de quelques unes d’entre elles. « Ce que nous gagnons par jour ici, on ne peut pas l’avoir au marché ou je vendais les petits condiments de sauce. Des femmes se sont achetées des motos avec l’argent d’ "Attoté" . Grâce à de nombreuses querelles familiales et conjugales ont disparu au sein des foyers et l’harmonie et la cohésion au sein des familles. Le premier ministre Amadou Gon Coulibaly et notre papa le président de la république doivent lui donner par une décoration », témoignait Ouattara Kolo Fatoumata. Dans le même ordre

d’idées


, Soro Fatoumata n’a pas manqué de dire combien cette activité commerciale lucrative est salutaire.
« L’argent que "Attoté" nous donne me permet de m’occuper de ma famille au lieu de m’asseoir à la maison à ne rien faire. Et dès que le voisinage perd quelque chose, tout le monde à les yeux tournés vers toi . Ici le travail n’est pas dur et le soir on rentre avec un peu d’argent c’est mieux ». Même son de cloche pour ces vaillantes et audacieuses étudiantes à l’université peleforo Gon coulibaly.

Mesdemoiselles Silué Adjara, étudiante Licence 1 de biologie, et Diaby Mariam en Licence 1 de lettre modernes, ne manquent pas d’ingéniosité. « Pendant nos heures libres, nous venons ici pour offrir nos services en aidant les autres à mettre les étiquettes sur les emballages. Et le soir, nous rentrons à la maison avec un peu d’argent. Cet argent économisé, nous permet d’acheter nos fascicules, de nous habiller et satisfaire nos petits besoins. Et nos parents apprécient cela car nous leur permettons d’avoir moins de charges et de s’occuper de nos cadets qui sont au lycée et au primaire », se confiaient-elles. Ouattara Nastou, elle, met plutôt l’accent sur la gratuité du dépistage de l’insuffisance rénale et la prise en charge gratuite des malades. “Nous remercions le premier ministre Amadou Gon Coulibaly de nous avoir donné l’occasion de faire gratuitement le dépistage de l’insuffisance rénale et la prise en charge gratuite de ceux ou celles qui sont positifs le 08 mars dernier par ces cérémonies couplées avec la célébration de la journée internationale de la femme (JIF)”, avait reconnu Ouattara Nastou.

Comme pour rendre témoignage des bienfaits de ce médicament et des mérites de son inventeur, Cherif, un ressortissant marocain gérant d’un restaurant admet qu’il a des effets curatifs reconnus de tous et au delà des frontières ivoiriennes. « Ce monsieur est merveilleux s’il était mauvais les femmes allaient fuir son entreprise .Non seulement il guérit des maladies mais permet à ces femmes d’être autonomes financièrement. Et je veux que le produit "Attoté" soit représenté au Maroc comme il est dans d’autres pays à travers les relations de coopération et de fraternité qui existent entre la Côte d’ivoire et le Maroc » a-t-il suggéré.

L’honneur est revenu à Ouattara Djakarida dit "Attoté", le célébrissime inventeur de ce médicament aux multiples vertus, de conclure. « C’est grâce aux prières des parents et des ivoiriens que nous continuons de produire et rendre service en travaillant avec toutes les couches sociales notamment les femmes qui constituent la grande partie de mes collaborateurs. Je donne ce que je peux pour satisfaire chacune d’elle, parmi elles se trouvent des veuves, des divorcées, des jeunes filles, des étudiantes… Le produit s’apprête à faire son entrée au Maroc. Des consommateurs de ce pays ont fait la demande et cela grâce à la coopération internationale de la Côte d’Ivoire avec les pays du monde. Le produit est même vendu en Chine, en Angleterre, au Liban et des pays africains, le médicament ‘’Attoté’’ est devenu un produit interplanétaire donc un ambassadeur de la Côte d’Ivoire dans les autres pays. Je sais que le président de la république SEM Alassane Ouattara et mon grand frère le premier ministre, ministre du budget et du portefeuille de l’Etat Amadou Gon Coulibaly ne m’ont pas oublié. « Car je vais recevoir tôt ou tard la reconnaissance de mon pays. Je me réjouis en voyant ces nombreuses femmes, filles qui s’intéressent à la production, la revente du produit. J’accepte tout le monde, nous ne chassons personnes. J’exhorte mes collègues tradi-praticiens à en faire autant en associant les femmes et les jeunes à leurs activités pour une Côte d’Ivoire émergente à l’horizon 2020 », a-t-il dit.



B. TOURE Correspondance particulière à korhogo
Commentaires


Comment