Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Autoévaluation de la gouvernance en Côte d’Ivoire : le rapport national en cours de validation

Publié le vendredi 16 mars 2018  |  Abidjan.net
Autoévaluation
© Abidjan.net par D.Tagro
Autoévaluation de la gouvernance en Côte d’Ivoire : le rapport national en cours de validation
Vendredi 16 mars 2018. Abidjan. Atelier de validation du projet de Rapport national d’autoévaluation (RNAE) de la gouvernance de Côte d’Ivoire


La Commission nationale du mécanisme africain d’évaluation par les pairs organise un atelier de validation du projet de Rapport national d’autoévaluation (RNAE) de la gouvernance de Côte d’Ivoire, ce vendredi 16 mars 2018, à Abidjan. L’atelier a pour objectif, entre autres, de s’assurer que le projet prend en compte les observations formulées par les participants.

Selon Alassane Diamouténé Zié, Directeur de cabinet, représentant Ally Coulibaly, Ministre de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur, point focal du Mécanisme africain d’évaluation par les pairs (MAEP), ce document est un « levier pour la démocratie et la consolidation de la bonne gouvernance ». Il a souligné que l’atelier de validation du projet de Rapport national d’autoévaluation répond à un souci de transparence dans la finalisation de la rédaction du Rapport national d’autoévaluation qui doit être remis au chef de l’Etat. Le document aborde notamment les questions de démocratie et de gouvernance politique, de gestion économique, de développement socio-économique durable à large assise.

La rencontre enregistre la présence d’environ 200 personnes issues de toutes les parties prenantes nationales au processus du MAEP en Côte d’Ivoire. Elles sont issues de l’administration publique, des partis politiques, du secteur privé, des organisations de la société civile, des associations paysannes et syndicales, des confessions religieuses, de la Chambre nationale des Rois et chefs traditionnels ainsi que des partenaires techniques et financiers, des instituts de recherche et l’Institut national de la statistique (INS).

D.Tagro
Commentaires


Comment