Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

La chefferie Akouè de Yamoussoukro fait annuler l’intronisation d’un nouveau chef dans la famille Boigny

Publié le dimanche 18 mars 2018  |  AIP


Yamoussoukro- Les chefs Akouè de Yamoussoukro ont fait annuler samedi, la cérémonie d’intronisation d’un nouveau chef dans la grande famille Houphouët-Boigny.

La cérémonie d’intronisation prévue à la place Jean-Paul II a été finalement déplacée au palais présidentiel dans l’intimité familiale des Boigny, avant d’être annulée sous la menace des chefs traditionnels Akouè. Ces derniers prétextent que ni la famille, ni le chef n’ont à aucun moment été informés.

« Cette cérémonie n’aura jamais lieu ici sur la terre d’Houphouët-Boigny. On n’autorisera jamais, tant que nanan Boigny N’Dri (nom de règne du Gouverneur Augustin Thiam) est chef de canton, tant que nanan Yablé III est chef de village de Yamoussoukro », a déclaré le secrétaire général permanent des chefs Akouè, Kouassi Yao Maurice, s’exprimant samedi face à la presse au tribunal coutumier de N’Gokro.

Déjà, la veille, toute la jeunesse du canton, sur demande des chefs de village du canton, s'est rassemblée dans la discipline, attendant sous la pluie et tard dans la nuit jusqu’au petit matin dans les environs du palais, pour faire annuler la cérémonie d’intronisation. Ils ont été rassurés par les autorités militaires du palais de ce qu’après discussion, leurs frères de l’autre camp ont accepté d’ajourner leur rituel.

« Ce matin, les militaires viennent eux-mêmes de démonter les bâches. Pour nous, il n’y pas eu de cérémonie d’intronisation. C’est une bataille gagnée », a déclaré le secrétaire général des chefs Akouè.

Selon Kouassi Yao Maurice, les informations reçues depuis lundi denier font état de ce que des "Komian" (voyants traditionnels) étrangers seraient en route pour faire un sacrifice chez les Akouè. « Pour quelle raison nous ne savons pas. On a trouvé ça un peu incongru vu que le village n’est pas informé », a-t-il dit. Il a expliqué que le mouton qui devrait être immolé a même été trouvé au palais été ramené au tribunal coutumier de N’Gokro.

« La suite, c’était ce samedi, après l’immolation de leur bête, ils devaient se retrouver pour introniser un chef de famille Houphouët-Boigny. Il faut qu’on respecte nos us et coutumes, que l’on ne s’amuse avec le nom d’Houphouët-Boigny, notre Dieu sur terre, même s’il est mort. Nous ne pouvons pas admettre que certains individus puissent s’amuser avec le nom de notre vénéré et sa famille », a prévenu M. Kouassi.

Les chefs Akouè de Yamoussoukro avaient exprimé mercredi à la préfecture, face au préfet Brou Kouamé, leur refus de voir introniser un nouveau chef de la famille Houphouët-Boigny, estimant que le gouverneur Augustin Thiam est l’unique chef canton légal et reconnu par les populations Akouè.

nam/cmas
Commentaires


Comment