Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Appel au meurtre des enfants de gendarmes: L’auteur condamné à 12 mois de prison et une amende de 5 millions FCFA

Publié le lundi 19 mars 2018  |  LInfodrome
Tribunal
© Ministères par PRISCA
Tribunal d`Abidjan Plateau: le procès du général Dogbo Blé et des militaires ex-FDS en cours
Mercredi 03 octobre 2012. Abidjan. Palais de justice du Plateau. Poursuite du procès du général Dogbo Blé et des militaires ex-FDS poursuivis pour les crimes commis pendant la période post-électorale


A la faveur des affrontements entre élèves et gendarmes le mardi 06 mars 2018 suite à la découverte du corps sans vie d’une jeune élève dans la ville de M’Bahiakro, le dénommé Kouadio Yao Philippe avait fait un post sur Facebook appelant au meurtre des enfants de gendarmes.

Interpellé par la police le jeudi 08 mars 2018, Kouadio Yao Philippe a été présenté devant le tribunal correctionnel d’Abidjan ce lundi 19 mars 2018. Au terme de l’audience qui a duré presqu’une heure, l’accusé a été reconnu coupable et condamné à 12 mois de prison assortis d’une amende de 5 millions FCFA. Une peine on ne peut plus attenuée au regard de la loi pénale ivoirienne qui prévoyait une peine comprise entre 5 et 10 ans d’emprisonnement.

Cette sanction est un message fort lancé par la justice à tous ceux qui seraient tentés de se cacher derrière les réseaux sociaux pour lancer des appels à la haine et au meurtre. « Nous avons présenté devant le tribunal correctionnel quelqu’un qui a appelé au meurter des enfants des corps habillés. Il faut dire à tous ceux qui commettent des délits sur les réseaux sociaux que la justice a les moyens techniques et humains pour les rechercher et les interpeller», a prévenu le procureur Adou Richard Christophe, présent lors du procès.

Pour le procureur de la République, les réseaux sociaux doivent être compris comme des vecteurs de convivialité. Ils ne doivent en aucun cas servir de lieux de propagande de la violence, car ’’toute violence commence par la parole, par les écrits’’, et toute parole ou tout écrit incitant à la haine ou au meurtre est punie par la loi.
... suite de l'article sur LInfodrome

Commentaires


Comment