Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Affaire retard dans le paiement des rappels des instituteurs stagiaires titularises en 2016 : le directeur général de la fonction publique réagit

Publié le samedi 24 mars 2018  |  Ministères
Aka
© Autre presse par DR
Aka Koffi Bernard : directeur général de la Fonction publique


La presse nationale s’est fait l’écho des déclarations du Syndicat Autonome de l’Enseignement Primaire Public de Côte d’Ivoire(SAEPPCI), les 25 octobre 2017 et 19 mars 2018, sur le retard dans le paiement des rappels de solde des instituteurs stagiaires titularisés en 2016.
Il ressort de ces déclarations que le manque de diligence dans le traitement des dossiers des concernés par le Ministère de la Fonction Publique serait la cause du retard dans le paiement de ces premières soldes.
En réponse à ces affirmations infondées et, après un examen minutieux de la situation générale, le Ministère de la Fonction Publique fait les précisions suivantes :
Le Ministère de la Fonction Publique a reçu, en plusieurs vagues, 4681 dossiers d’instituteurs stagiaires titularisés en 2016 de la Direction des Ressources Humaines du Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle. Sur ces 4681 dossiers réceptionnés, 1384 ont été traités et transmis à la solde pour paiement. 1024 dossiers ont été transmis au contrôle financier pour vérification. 1548 autres dossiers sont en instance de validation et seront acheminés dans les prochains jours à la solde. 725 dossiers qui ont fait l’objet d’immatriculation récente, sont en cours de traitement pour également être acheminés au contrôle financier.
C’est le lieu de rappeler que le traitement des dossiers des instituteurs qui constituent le plus grand nombre d’agents titularisés de la Fonction publique suit une procédure particulière par rapport à celle des autres fonctionnaires.
En effet, contrairement à la procédure de prise en charge des dossiers des professeurs de lycées et collèges, celle des instituteurs suit une procédure complexe et longue au sein de leur Ministère de tutelle. Cette procédure vise à s’assurer, sur une période d’au moins une année, de la compétence des concernés à travers des sessions d’inspection et d’évaluation. C’est à l’issue de ce long processus que les dossiers sont transmis au Ministère de la Fonction Publique à des dates échelonnées.
A titre d’illustration, le traitement des dossiers de premiers mandatements des professeurs des lycées et collèges de 2016 est totalement achevé. Tous leurs arrêtés de nomination sont signés.
Les éventuels retards constatés dans le processus de prise en compte des dossiers des instituteurs ne sont donc pas imputables au Ministère de la Fonction Publique.
Effectivement, depuis l’arrivée du Général Issa COULIBALY à la tête du Ministère de la Fonction Publique, le traitement des dossiers des fonctionnaires s’opère avec la plus grande célérité.
En effet, alors que la durée moyenne du traitement des dossiers de premiers mandatements des instituteurs était de 04 ans, actuellement les dossiers reçus sont traités en moins d’un an.
Au demeurant, il est bon d’indiquer que les services du Ministère de la Fonction publique sont à pied d’œuvre pour achever, dans des délais raisonnables, le traitement des dossiers encore en souffrance concernant les instituteurs.
Dans cette optique, plusieurs rencontres ont été initiées par le Ministère de la Fonction Publique, en liaison avec les services compétents du Ministère de l’Education Nationale, de l’Enseignement Technique et de la Formation Professionnelle et ceux du Secrétariat d’Etat auprès du Premier Ministre, chargé du Budget et du Portefeuille de l’Etat, afin de renforcer les modalités pratiques de traitement accéléré de tous les dossiers de premiers mandatements.
Le Ministère de la Fonction rappelle à toutes fins utiles que ses services restent disponibles pour fournir toutes les informations relatives au traitement des dossiers de fonctionnaires.
Commentaires


Comment