Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Politique
Article
Politique

Côte d’Ivoire: le nouveau Sénat élit son premier président

Publié le jeudi 5 avril 2018  |  AFP
Yamoussoukro
© AFP par SIA KAMBOU
Yamoussoukro : Jeannot Kouadio Ahoussou élu premier président du sénat ivoirien lors d’une session inaugurale
Jeudi 5 avril 2018. L’élection du tout premier président du premier Sénat ivoirien s’est déroulée, lors d’une séance inaugurale, à la Fondation internationale Félix Houphouët-Boigny pour la recherche de la paix de Yamoussoukro.


Yamoussoukro (Côte d’Ivoire) - Le tout nouveau Sénat ivoirien a tenu jeudi sa séance inaugurale à Yamoussoukro et élu son premier président, le ministre Jeannot Ahousso-Kouadio, a rapporté un journaliste de l’AFP.

Sans suspense, dans une assemblée dominée par la coalition au pouvoir en Côte d’Ivoire (Rassemblement des houphouétistes pour la démocratie et la paix, RHDP), M. Ahoussou-Kouadio, 67 ans, actuel ministre d’Etat chargé du Dialogue politique et des relations avec les institutions, a été élu à l’unanimité moins un nul, au terme d’un peu plus de deux heures de séance.

"Le Sénat va contribuer à prendre en compte les problèmes des populations à la base puisque nous sommes l’émanation des collectivités territoriales", a déclaré M. Ahoussou-Kouadio après son élection.

Cette nouvelle institution, prévue par la Constitution de 2016 mais seulement mise en place cette année, est contestée par l’opposition.

Les soixante-six sénateurs élus le 24 mars étaient présents dans l’enceinte de la fondation Félix Houphouët Boigny pour la paix, qui abritera le Sénat dans la capitale politique ivoirienne. Ils doivent être rejoints par 33 autres, devant être nommés par le président Alassane Ouattara. Les sénateurs se réuniront à nouveau le 12 avril pour commencer leurs travaux.

L’opposition reproche au président Ouattara d’avoir succombé au "clientélisme" en créant ce Sénat qui, selon elle, sera "budgétivore".

L’opposition ainsi que la société civile ont critiqué les élections sénatoriales, soulignant que l’opposition ayant boycotté les élections locales de 2013, il aurait été plus juste de tenir l’élection de ce premier Sénat après les élections municipales et régionales qui doivent avoir lieu cette année, à une date restant à fixer.

de/pgf/jh
Commentaires


Comment