Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

Melly Holland, commissaire général de la semaine nationale de l’Emploi: `La Semaine a pour objectif principal de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes dans l’Agribusiness`

Publié le lundi 9 avril 2018  |  Abidjan.net
Melly
© Autre presse par DR
Melly Holland, commissaire général de la semaine nationale de l’Emploi
Melly Holland, commissaire général de la semaine nationale de l’Emploi


La Semaine nationale de l’emploi se tiendra du 10 au 13 avril prochain au Palais de la Culture à Treichville et dans les antennes régionales du guichet unique de l’emploi à l’intérieur du pays. La directrice de LN’H Limited, Nelly Holland, par ailleurs Commissaire général de l’événement se prononce sur les enjeux de cette semaine, et invite les jeunes à effectuer massivement le déplacement pour profiter des opportunités d’emploi qui s’offrent à eux.

Question : Le Palais de la Culture abrite du 10 au 13 avril prochain, la Semaine Nationale de l’Emploi. Pourquoi une semaine dédiée à l’emploi ?
Nelly Holland : Merci de l’opportunité que vous nous offrez pour parler de la Semaine Nationale de l’Emploi. Mais avant, permettez-moi de situer le contexte de cette activité. Aujourd’hui en Côte d’Ivoire, la volonté du Gouvernement d’adresser d’une façon efficace et durable la question de l’insertion des jeunes, est plus que manifeste. La jeunesse est la frange la plus importante de la population ivoirienne. Pour assurer la continuité de l’Etat dans tous les secteurs d’activité, il faut une jeunesse active. C’est fort de cela que le Gouvernement a consacré la création de l’Agence Emploi Jeunes en 2015, comme Guichet Unique pour l’emploi des jeunes. Ça été notable dans la politique d’insertion des jeunes avec des résultats probants sur les dispositifs d’insertion mis en place.
Parallèlement, de nombreuses initiatives multisectorielles sont menées par les partenaires techniques et financiers, le secteur privé et les Organisations non gouvernementales, pour faciliter l’insertion des jeunes. Mais force est de constater que toutes ces initiatives demeurent inconnues ou méconnues par leurs cibles. De ce point de vue, toutes les initiatives risquent de ne pas atteindre les résultats escomptés. En effet, les jeunes et les personnes à la recherche d’emplois, à défaut d’informations sur les opportunités qui s’offrent à eux, encourent le risque d’une mauvaise orientation professionnelle au niveau de leur insertion dans le tissu économique.
Voilà donc où se situe toute l’importance de la Semaine Nationale de l’Emploi. Le Gouvernement, dans le souci de réduire le risque lié au déficit d’informations et accompagner les efforts déjà entrepris, pour rendre effectives et visibles les actions gouvernementales en matière d’emploi des jeunes, a donc mis en place certains mécanismes. Dont effectivement le salon dédié à l’emploi des jeunes dénommé «Salon Emploi Jeunes : Emploi Direct» organisé par le ministère de la Promotion de la jeunesse, de l’Emploi des jeunes et du Service civique, à travers l’Agence Emploi Jeunes. Ceci pour institutionnaliser ainsi la stratégie d’action et de communication du Gouvernement envers tous les publics cibles. Les deux premières éditions en 2015 et 2017 ont vu la participation de milliers de jeunes et, de plusieurs entreprises partenaires. Elles ont aussi permis, non seulement, d’éclairer les jeunes sur plusieurs thématiques d’actualité, mais aussi de rencontrer des entreprises en vue de faciliter leur mise en activité. La semaine nationale de l’emploi vise à présenter les réelles opportunités d’emplois et d’insertion existantes dans le secteur agricole sur toute l’étendue du territoire, présenter les compétences des jeunes aux entreprises participantes et, faire des mises en relations directe entreprises-demandeurs d’emploi.

Q : Le thème essentiel met l’accent sur trois secteurs que sont l’agriculture, l’industrialisation et les TIC. Qu’est-ce qui explique ce choix et en quoi l’agriculture représente-t-elle un «secteur d’avenir pour l’emploi et l’entreprenariat des jeunes» ?
NH : La Côte d’Ivoire est un pays agricole. La preuve est donnée par le Cacao, premier producteur mondial, le Café où la Côte d’Ivoire est troisième mondial. Il y aujourd’hui la noix de cajou, l’hévéa et aussi le domaine du vivrier. En clair l’agriculture est un secteur pourvoyeur d’emplois, un secteur qui fournit de meilleures garanties pour les investissements. Comme on le dit communément dans notre société, la terre ne trahit pas. En même temps, il faut que les gens se départissent de la conception ancienne qu’ils ont de l’agriculture. L’agriculture que nous voulons mettre en avant ici n’est pas l’agriculture archaïque avec la daba et la machette. De la mise en terre à la commercialisation, il y a plusieurs métiers qui entrent en ligne de compte. On parle plutôt de l’industrialisation. On fait appel aussi aux nouvelles technologies, parce que ce sont des secteurs prioritaires qui sont fortement pourvoyeurs d’emplois et soutiennent la croissance du pays. Notre quotidien est rythmé par le digital et on ne peut occulter l’impact des nouvelles technologies dans tous les domaines de la vie y compris l’agriculture. Nous avons axé ce salon sur les différentes chaines de l’agriculture qui regroupe des chaines de valeur inexploitées. Nous appelons les jeunes de Côte d’Ivoire en quête d’emploi de venir découvrir ces chaines, s’insérer dans ce processus mis en place par la Côte d’Ivoire et la BAD. Nous voulons les aider à découvrir leurs forces et faiblesses et à s’améliorer dans la demande d’emploi. Nous avons plusieurs pôles stratégiques.

Q : Comment dans un pays comme la Côte d’Ivoire l’agriculture peut-elle contribuer à l’autonomisation des jeunes ?
NH : A travers la Semaine nationale de l’emploi, c’est de dire aux jeunes, diplômés ou non, que la réussite ne se trouve pas forcément dans les bureaux climatisés où encore en ville. En investissant dans la terre, on sort toujours gagnant. Un agriculteur ou planteur gagne aussi mieux sa vie qu’un fonctionnaire où un cadre de l’administration privée. Je parlais tantôt des produits de rente. Mais il ne faut pas oublier les produits de grande consommation, je veux parler du vivrier, qui garantissent à l’agriculteur une autonomisation totale. Ici, c’est dire aux jeunes qu’investir dans la terre ne doit pas être vu comme un échec à se faire une place dans l’administration publique ou privée. Mais de considérer que c’est une profession comme tout autre. On parle de plus en plus de l’immigration clandestine des jeunes mais je peux vous assurer l’Agribusiness peut être une solution durable à ce fléau.

Q : De façon pratique, comment va se dérouler cet événement ? En dehors du site du Palais de la Culture, où peut-on assister à cette Semaine ?
NH : Le Gouvernement ivoirien a signé un accord de partenariat et de financement avec la BAD, en vue de déployer le projet ENABLE Youth qui est un programme national pour l'emploi des jeunes dans le secteur agricole dont la phase pilote débutera courant de l’année 2018. Donc la Semaine bénéficie du partenariat de la BAD, un acteur de taille, et se tiendra autour de deux articulations que sont le Salon Emploi Jeunes : Emploi Direct, qui est à sa 3e édition, et le Forum africain des jeunes Agripreneurs (FAJA) et le Concours d’AgriPitch. La Semaine se déroulera simultanément à Abidjan et dans 15 villes de l’intérieur au sein des antennes régionales du Guichet unique de l’emploi. Elle sera marquée par l’entreprenariat. Mais aussi par la mise en œuvre des chaînes de valeurs de l’agriculture pour aider les jeunes à s’insérer dans ce processus. De façon globale, cette Semaine sera marquée par l’intégration de nouvelles activités résolument orientées vers l’insertion directe des jeunes sur le site du salon par la forte implication du secteur privé. Il y aura des conférences, des panels d’échanges, des conseils personnalisés, des ateliers coaching, un grand espace formation-métier-emploi pour rencontrer les recruteurs. Le Salon Emploi Direct et le FAJA se veulent donc être une plateforme d’échanges et de rencontres entre les jeunes demandeurs d’emplois, les employeurs, les jeunes entrepreneurs, les entreprises à forte croissance et tous les partenaires de l’insertion professionnelle. Cet évènement a donc pour objectif principal de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes dans l’Agribusiness et de promouvoir le dialogue avec les partenaires de l’insertion professionnelle en faveur de la cible.

Q : Qui est attendu à cette Semaine nationale de l’emploi et combien de visiteurs attendez-vous?
NH : Comme son nom l’indique, la Semaine s’adresse d’abord à la jeunesse. Vous êtes jeune, sans emploi ou déscolarisé, diplômé, élève et étudiant, en quête d’une première expérience professionnelle, cette Semaine vous est destinée. Vous êtes porteur de projets dans le secteur agricole, entrepreneur déjà engagé dans le secteur agricole, vous constituez la cible de la Semaine nationale de l’emploi 2018.
Les précédentes éditions ont permis d’accompagner 10 000 jeunes demandeurs d’emplois inscrits sur le site web de l’Agence Emploi Jeunes. Cette année, ce sont 25 000 visiteurs qui sont attendus sur le site du Palais de la Culture de Treichville et sur l’ensemble du territoire national. Mais ce que nous attendons plus, c’est effectivement un déplacement massif des jeunes. L’évènement dont il est question vise à présenter les réelles opportunités d’emplois et d’insertion existantes dans le secteur agricole sur toute l’étendue du territoire, présenter les compétences des jeunes aux entreprises participantes et, faire des mises en relations directe entreprises-demandeurs d’emploi. Nous demandons aux jeunes de prendre d’assaut les différents stands ici à Abidjan et à l’intérieur du pays et de profiter des opportunités pour se lancer dans la vie active, faire fructifier leur business par un accompagnement approprié.
Commentaires


Comment