Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Un atelier sur la problématique de la protection de la diversité biologique ouvert à Abidjan

Publié le mardi 10 avril 2018  |  AIP


Abidjan - Le directeur général de l’Office ivoirien des parcs et réserves (OIP), le colonel Tondossama Adama, a procédé mardi au Centre suisse de recherches scientifiques (CSRS), près d’Abidjan, à l’ouverture de l’atelier de restitution régionale IPBES de la biodiversité et des services écosystémiques pour l’Afrique.

Le représentant de la ministre de la Salubrité, de l’Environnement et du Développement durable à cette cérémonie a indiqué que cette rencontre permettra d’échanger sur les questions de mise en œuvre des résultats de l’évaluation régionale pour informer les décideurs nationaux des stratégies et des outils pertinents pour leur application.

« C’est aussi l’occasion de capitaliser les leçons apprises pour la coopération internationale en vue du développement dans nos pays d’Afrique francophone. Le collège des experts devra, en outre, passer en revue les suggestions de l’évaluation, spécifiquement les besoins et les options de financement pour leur mise en œuvre », a-t-il expliqué.

Le colonel Tondossama a rappelé que la Côte d’Ivoire a ratifié la Convention des Nations Unies sur la Diversité Biologique en 1994 et continue de prendre les mesures pour sa préservation. « Les services écosystémiques entretiennent cette vie. Œuvrer pour assurer et perpétuer les services écosystémiques, c’est lutter pour le maintien d’une meilleure qualité de la vie, lutter pour assurer la survie de toutes les espèces et surtout pour l’espèce humaine », a-t-il assuré.

Pour le DG de l’OIPR, la protection de la diversité biologique en Côte d’Ivoire se traduit, entre autres, par son important réseau de parcs et réserves naturelles, associées aux forêts classées et sacrées, abritant un riche patrimoine biologique. Il a relevé que l’objectif du Gouvernement ivoirien est d’atteindre un taux de couverture forestière d’au moins 20% du territoire national à l’horizon 2030.

Cet atelier de trois jours, réunissant des experts venus des pays africains ayant en partage l’usage de la langue française, envisage de communiquer sur les actions envisageables par les décideurs pour gérer la biodiversité et les contributions que la nature apporte aux êtres humains à la lumière de différents scénarios pour l’avenir.

gak/cmas



Environnement: 6 pays africains planchent sur la protection et la préservation de la biodiversité
Publié le: 11/4/2018  |  RTI 1

Commentaires


Comment