Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Économie
Article
Économie

La difficile situation de l’égalité du genre en Côte d’Ivoire relevée par l’UE au cours d’un atelier ouvert à Abidjan

Publié le jeudi 12 avril 2018  |  AIP
Economie/
© Abidjan.net par J. A.
Economie/ La stratégie nationale 2017-2020 de mise en œuvre de l’Accord de partenariat économique (APE) adoptée
Un atelier de lancement de la mise en œuvre de la stratégie nationale APE (Accord de partenariat économique) s’est déroulé dans l’après midi du mardi 31 octobre, à l’Auditorium de la primature, sous la présidence du Premier ministre, S.E.M. Amadou Gon Coulibaly, avec la participation d’un parterre de personnalités dont l’Ambassadeur de l’Union Européenne (UE), M. François Valette (photo) et les ministres ivoiriens, de l’Intégration africaine et des Ivoiriens de l’extérieur ,et celui du Plan et du développement.


Abidjan - La difficile situation de l’égalité homme-femme et les inégalités de genre en Côte d’Ivoire, malgré les bonnes performances économiques enregistrées par le pays depuis 2012 ont été relevées, jeudi à Abidjan, par le chef de la délégation de l’Union européenne (UE) en Côte d’Ivoire, Jean-François Valette.

"Les taux de représentation des femmes dans les gouvernements et assemblées élues sont très bas. Elles sont actuellement 11,37% au parlement et 18,2% dans le gouvernement, loin derrière l’objectif de 30% de représentation des femmes au parlement préconisé par le programme d’action de Pékin. En 2018, on compte huit femmes chefs de villages sur 267, soit 3%, contre une seule femme en 2012, soit une légère évolution", a expliqué M. Valette, à l’ouverture de l’atelier national de validation de l’analyse genre.

Selon le diplomate européen, "le taux de mortalité est passé de 597 à 614 décès pour 100.000 naissances vivantes. Les grossesses précoces demeurent importantes avec un quart des jeunes filles de 20 à 24 ans ayant eu un enfant avant l’âge de 18 ans".

"Les mutilations génitales féminines touchent 11% des filles de moins de 14 ans. Le taux d’alphabétisation des jeunes filles de 15 à 24 ans est faible, soit 47,2% contre 63,8% chez les jeunes gens de cette même tranche d’âges", a-t-il dénoncé, en comentant les résultats d’une étude sur l’égalité de genre en Côte d’Ivoire menée par l’UE en collaboration avec le ministère de la Femme, de la Protection de l’enfant et de la Solidarité et le bureau pays d’ONU- Femmes.

Cette vise à faire un diagnostic de la situation ivoirienne et à établir un plan d’action pour une meilleure égalité de droit entre les hommes et les femmes.

Insistant sur l’importance de l’atelier pour l’UE, Jean-François Valette a invité les participants à s’approprier les recommandations qui en découleront.

La délégation de l’UE compte octroyer, d’ici la fin 2018, plus deux milliards de FCFA de subventions aux organisations de la société civile, pour la mise en œuvre des projets visant notamment à réduire les violences basées sur le genre, l’amélioration de la santé du couple mère-enfant, y compris les mutilations génitales et les grossesses précoces.

ena/kp
Commentaires


Comment