Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Violence contre les symboles de l’Etat/ Ouattara prévient : "Toutes les personnes qui seront impliquées dans ces violences seront arrêtées et jugées"

Publié le vendredi 13 avril 2018  |  Abidjan.net
Rencontre
© Présidence par DR
Rencontre du Président de la République avec le Corps préfectoral de Côte d`Ivoire
Rencontre du Président de la République, S.E.M. Alassane OUATTARA, avec le Corps préfectoral de Côte d`Ivoire, ce Jeudi 12 Avril 2018, à la Fondation Félix HOUPHOUET - BOIGNY pour la Recherche de la Paix de Yamoussoukro.


A la faveur de sa rencontre avec l ‘ensemble du corps préfectoral ce jeudi 12 avril 2018 à Yamoussoukro, le chef de l’Etat, Alassane Ouattara s’est voulu ferme face aux récentes attaques qui ont lieu contre les symboles de l’Etat dans plusieurs localités du pays, suite à des crises locales.

‘’Ce qui est arrivé est intolérable, inacceptable. Nous ne sauront tolérer que les symboles de l’Etat soient attaqués chaque fois qu’une crise locale survient. Toutes les personnes qui seront impliquées dans ces violences seront arrêtées et jugées’’, a mis en garde le président Alassane Ouattara.

Pour le président ivoirien, ‘’que chacun se déguise en justicier, cela ne peut pas être le cas dans un Etat moderne’’. C’est pourquoi il a demandé au Garde des Sceaux, Ministre de la Justice que les procédures soient accélérées, car, a-t-il dit, ‘’seule la sanction permettra de mettre l’ordre et d’arrêter ce genre de comportement’’.

‘’S’attaquer à ceux qui représentent l’Etat est quelque chose de sauvage, de barbare et la Côte d’Ivoire ne saurait tolérer la barbarie’’, a clamé le chef de l’Etat ivoirien. Avant de lancer à l’endroit du corps préfectoral : ‘’Vous pouvez compter sur moi pour agir de la manière la plus ferme avec les outils de la république’’.

Avant de clore ses propos, Alassane Ouattara a renouvelé sa solidarité, et dit ses encouragements et sa compassion au Corps préfectoral, dont certains membres ont vu leurs résidences et leurs biens saccagés, lors de ces récentes crises locales.

Pour rappel, les résidences du préfet et du sous-préfet, ainsi que la brigade de gendarmerie de Blolequin dans l’ouest de la Côte d’Ivoire ont été saccagées par la population en colère, suite à l’assassinat par un gendarme d’un jeune autochtone. Quelques jours plus tard, c’était la gendarmerie de M’Bahiakro dans le centre du pays qui volait en éclat face à la furia des élèves suite à la découverte du corps sans vie d’une jeune élève.


Elisée B
Commentaires


Comment