Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

International

Côte d’Ivoire/International/ COFINA lance sa 1ère opération de titrisation de créances pour un montant de 10 milliards FCFA (Communiqué)

Publié le vendredi 13 avril 2018  |  AIP


Abidjan - Le Groupe Compagnie financière africaine (COFINA), première institution africaine de mésofinance, annonce sa première opération de titrisation de créances à la Bourse régionale des valeurs mobilières, la Bourse commune des huit pays de la zone de l’Union économique et monétaire de l’Afrique de l’Ouest (UEMOA).

Cette opération, une première pour la région, porte sur une émission d’obligations pour un montant de 10 milliards de francs CFA, un montant inédit pour une institution financière en Afrique de l’Ouest, rapporte un communiqué de presse publié jeudi par Agence 35°Nord.

Elle consiste en la cession, par les filiales du Groupe, Compagnie Africaine de Crédit en Côte d’Ivoire et COFINA Sénégal, de leurs créances à un Fonds Commun de Titrisation de Créances constitué à cet effet (FCTC – COFINA).

L’opération a été arrangée par Africa Link Capital Structuration, entité de la banque d’affaires indépendante ouest-africaine Africa Link Capital chargée des opérations de titrisation. D’une maturité de 18 mois, les un million de titres seront émis au prix de 10 000 francs CFA, assortis d’un taux facial de 7,50% brut l’an pour une période de souscription courant jusqu’au 11 mai 2018.

La titrisation permet de lever des fonds en cédant un portefeuille de créances à un FCTC. Ce dernier émet par ailleurs des obligations à maturité variable. Le recouvrement des créances permet de rembourser et rémunérer les obligations cédées auprès des investisseurs. Le FCTC acquiert directement auprès de tiers cédants des créances en finançant cette acquisition par l’émission de titres négociables représentatifs d’un intérêt pro rata dans l’actif du fonds.

Fondé en 2013, ce Groupe est la première institution financière africaine dédiée à la mésofinance, le « chaînon manquant » entre la microfinance et la banque traditionnelle qui offre la possibilité pour les PME africaines (90 % des sociétés privées du continent) d’accéder plus facilement au crédit. Présent dans six pays d’Afrique francophone (Congo-Brazzaville, Côte d’Ivoire, Gabon, Guinée Conakry, Mali, Sénégal), le groupe a déjà financé plus de 40 000 projets dont 52% portés par des femmes entrepreneures.

(AIP)

cmas
Commentaires


Comment