Accueil    MonKiosk.com    Sports    Business    News    Annonces    Femmes    Nécrologie    Publicité
NEWS
Comment

Accueil
News
Société
Article
Société

Ouverture d’un atelier national de validation de l’analyse genre en Côte d’Ivoire

Publié le vendredi 13 avril 2018  |  Abidjan.net
Ouverture
© Abidjan.net par CK
Ouverture d`un atelier national de validation de l`analyse genre en Côte d`Ivoire
Jeudi 12 Avril 2017. Abidjan. Le Ministère de la femme , de la Protection de l`Enfant et de la Solidarité a initié un atelier national de validation de l`analyse genre en Côte d`Ivoire.


Le Ministère de la femme , de la Protection de l’Enfant et de la Solidarité en collaboration avec l’Union européenne a initié un atelier national de validation de l’analyse genre en Côte d’Ivoire ce jeudi 12 avril à Abidjan.

La situation de l’égalité homme-femme et les inégalités de genre en Côte d’Ivoire, malgré les bonnes performances économiques enregistrées par le pays depuis 2012 ont été relevées par Jean-François Valette, chef de la délégation de l’Union européenne (UE) en Côte d’Ivoire.

Selon lui, les taux de représentation des femmes dans les gouvernements et assemblées élues sont très bas. Elles sont actuellement 11,37% au parlement et 18,2% dans le gouvernement, loin derrière l’objectif de 30% de représentation des femmes au parlement préconisé par le programme d’action de Pékin.
Pour ce qui est du taux de mortalité, le diplomate a révélé que c’est passé de 597 à 614 décès pour 100.000 naissances vivantes. Il a aussi attiré l’attention de l’assistance sur les cas de grossesses précoces qui demeurent importantes avec un quart des jeunes filles de 20 à 24 ans ayant eu un enfant avant l’âge de 18 ans.

"Les mutilations génitales féminines touchent 11% des filles de moins de 14 ans" a-t-il déclaré. Quant au taux d’alphabétisation des jeunes filles de 15 à 24 ans, il est faible, soit 47,2% contre 63,8% chez les jeunes gens de cette même tranche d’âge.
À en croire Jean-François Valette, un tel diagnostic de la situation ivoirienne nécessite une élaboration d’un plan d’action pour une meilleure égalité de droit entre les hommes et les femmes.
Ainsi, il a invité les participants ce atelier à s’approprier les recommandations qui en découleront.

Aux organisations de la société civile, pour la mise en œuvre des projets visant notamment à réduire les violences basées sur le genre, l’amélioration de la santé du couple mère-enfant, y compris les mutilations génitales et les grossesses précoces; l’UE compte octroyer, d’ici la fin 2018, plus deux milliards de FCFA de subventions.
La représentante de la ministre Marietou Koné a salué l’action de l’UE et réitéré son soutien dans la lutte pour la promotion du genre et l’égalité homme/femme.

CK
Commentaires


Comment